jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un colloque à Cuba aborde l’influence de la pandémie sur les espaces culturels

La Havane, 25 mai (Prensa Latina) Le 8e Colloque international sur la diversité culturelle dans les Caraïbes, organisé par la Casa de las Américas à Cuba, dépasse aujourd’hui l’espace académique et retient son attention sur les effets de la Covid-19 sur les scénarios artistiques.

Dans des déclarations exclusives à Prensa Latina, Gabriela Ramos, spécialiste et directrice par intérim du Centre d’études caribéennes et membre du comité organisateur de la rencontre, a noté la présence et le savoir-faire d’invités internationaux à la hauteur de Jacqueline Laguardia.

L’expert, provenant du Département des relations internationales du campus de St. Augustine à Trinité-et-Tobago, a mis en lumière la situation des industries créatives dans un processus antérieur à la pandémie et a averti contre l’ignorance des gouvernements de la sous-région concernant leur potentialités/potentiel.

Selon Ramos, l’isolement et les restrictions à la mobilité en raison de la crise épidémiologique actuelle ont accentué la situation, bien que cette promotion, production et diffusion de biens et services culturels influent sur l’économie et sur l’interrelation des pays de la région.

La professionnel de Casa de las Américas a précisé l’analyse des sujets comme la gestion du patrimoine immatériel au moyen d’un bilan du travail impulsé dès l’orientale province de Guántanamo, la formation dans les communautés rurales et la sensibilisation par rapport à la sauvegarde de leurs pratiques.  

Parmi les présentations, il a également souligné le compte-rendu du travail sociologique, tout d’abord grâce à l’emploi de divers outils ethnographiques et le réajustement méthodologique, dans une étude liée aux coutumes religieuses d’origine africaine, notamment la Regla d’Ocha-Ifá.

Certaines présentations de l’événement valorisent les plateformes virtuelles et les réseaux sociaux comme alternatives d’échange, de connaissance et d’interaction pendants la période de confinement, notamment, de leur rôle dans la gestion conservatrice des arts, avec l’émergence d’expositions dans ces espaces.

Au cours des deux dernières années, Casa de las Américas s’est emparée des scènes numériques pour rassembler des peuples par le biais de la culture et du débat critique ; le Centre a tenu des cycles de pensée sociale caribéenne et, récemment, a promu son prix littéraire et le Mayo Teatral consacré au théâtre.

« Notre région, en éternelle contingence depuis la colonisation et traversée par les effets de la pénurie, des catastrophes naturelles, de l’extractivisme, des violences de toutes sortes, de la lutte des classes et de la dépendance, a été mise à l’épreuve une fois de plus », a reconnu Gabriela Ramos dans son discours d’ouverture

Le texte d’ouverture du Colloque a également voulu dénoter la défense et la confiance dans l’articulation des réseaux de manière inter-sectionnelle et l’accompagnement des acteurs du féminisme, les initiatives environnementales et communautaires et la coordination artistique-culturelle des industries créatives.

jcc/livp/ode/dgh

EN CONTINU
notes connexes