dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une enquête palestinienne accuse Israël de l’assassinat d’une journaliste

Ramallah, 26 mai (Prensa Latina) Le procureur en chef de l’Autorité nationale palestinienne (ANP), Akram Khatib, a déclaré aujourd’hui que les résultats de l’enquête sur la mort de la journaliste Shireen Abu Akleh confirmaient que l’armée israélienne l’avait délibérément assassinée.

Les agents en uniforme lui ont tiré dessus alors qu’elle tentait de fuir la zone lors d’un raid israélien dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a précisé Khatib lors d’une conférence de presse en présentant les conclusions de l’enquête.

Elle fuyait vers l’avant comme on peut le voir grâce à la trajectoire de la balle, a détaillé le fonctionnaire.

La balle a été tirée d’une distance de 170 à 200 mètres par un sniper avec une ligne de vue claire, a-t-il souligné.

Il a indiqué que les militaires avaient commencé à tirer sans avertir les journalistes présents sur place.

Cette semaine, la journaliste palestinienne Shatha Hanaysha, qui se trouvait sur les lieux au moment où la fusillade a éclaté, a accusé les forces de Tel-Aviv de l’assassinat lors de déclaration à la chaîne Press TV..

« Nous avons vu des véhicules militaires israéliens s’approcher et ils ont également remarqué notre présence (…) Ce n’était pas du tout un cas d’identité erronée », a-t-elle déclaré.

Une enquête de la télévision nord-méricaine CNN a également visé les militaires israéliens.

Selon le média, en étudiant un enregistrement audio d’une vidéo enregistrée au moment de l’incident, les experts ont estimé que les coups de feu provenaient d’environ 200 mètres, la même distance existante entre Abu Akleh et les militaires israéliens.

Il a également cité Chris Cobb-Smith, un consultant en sécurité et vétéran de l’armée britannique.

Après avoir analysé les marques de balles sur un arbre où la journaliste a perdu la vie, Cobb-Smith a assuré que les tirs ont été dirigés et contrôlés.

« Le nombre de marques (…) prouve que ce n’était pas un tir au hasard, elle a été attaquée », a-t-il souligné.

Au moment des faits, il n’y avait pas de miliciens palestiniens dans la zone, a déclaré à CNN Salim Awad, un résident de Jénine.

La mort de la journaliste, il y a deux semaines, a déclenché une vague de condamnations internationales contre Israël, dont les dirigeants ont d’abord nié toute responsabilité, puis admis qu’il était possible qu’elle ait été tué par des tirs israéliens.

peo/mv/rob 

 

EN CONTINU
notes connexes