lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Chine et la Russie s’opposent à de nouvelles sanctions contre la RPDC à l’ONU

Nations Unies, 27 mai (Prensa Latina) La Chine et la Russie se sont opposées à de nouvelles sanctions contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à l’ONU, alors que les pays occidentaux continuent de faire pression.

Jeudi soir, Pékin et Moscou ont opposé leur veto au Conseil de sécurité des Nations unies à un projet de résolution déposé par les États-Unis visant à introduire des mesures restrictives supplémentaires à l’encontre du pays asiatique.

Selon le représentant de la Chine auprès de l’ONU, Zhang Jun, des sanctions supplémentaires ne permettraient pas de répondre à la situation actuelle et ne feraient que créer davantage de confrontation ou de tension.

Des mesures punitives supplémentaires compromettraient les chances de progresser sur les questions de dénucléarisation et puniraient la population nord-coréenne à un moment difficile lié à l’épidémie de Covid-19 dans ce pays.

D’autre part, le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies, Vasili Nebenzia, a déclaré que la « ligne dure » du gouvernement étasunien avait complètement détruit les progrès positifs réalisés au cours des années précédentes avec la RPDC.

Selon le diplomate russe, renforcer la pression sur Pyongyang par des sanctions est non seulement futile, mais aussi extrêmement dangereux d’un point de vue humanitaire.

En réponse aux derniers essais de missiles de la RPDC, les États-Unis ont proposé jeudi au Conseil de sécurité un projet de résolution visant à renforcer les sanctions à l’encontre des navires qui jouent un rôle dans le programme nucléaire de la RPDC.

Le document a été présenté quelques heures seulement après que le président Joe Biden a conclu son voyage en Corée du Sud et au Japon pour discuter de la sécurité régionale et des questions commerciales avec les dirigeants de ces pays.

Washington a annoncé il y a deux mois qu’elle chercherait à renforcer les sanctions contre la RPDC et a tenté en vain de convaincre la Chine et la Russie de faire de même.

Les délégations chinoise et russe estiment que les sanctions ne sont pas la réponse appropriée et rendent les États-Unis responsables de la situation actuelle.

Pékin et Moscou misent sur l’assouplissement des sanctions pour consentir aux gestes de rapprochement de la RPDC au cours des dernières années, durant lesquelles le pays a même mené des pourparlers avec l’administration nord-américaine lorsqu’elle se trouvait sous l’égide de Donald Trump (2017-2021).

Bien que la RPDC ait abandonné ses essais d’armement pendant un certain temps, elle les a repris en l’absence de progrès dans le dialogue avec les États-Unis, qui n’a pas abouti à des résultats concrets et reste toujours gelé.

En outre, Pyongyang décrit sa stratégie de dissuasion nucléaire comme un droit à l’autodéfense légitime.

jcc/rgh/ifb

 
EN CONTINU
notes connexes