dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Plus de 900 000 boissons alcoolisées illégales saisies au Brésil

Brasilia, 30 mai (Prensa Latina) Le Brésil est aujourd’hui confronté à un marché croissant de boissons alcoolisées illégales qui a presque doublé au cours des trois dernières années, les saisies passant de 471 851 000 en 2019 à 900 692 l’année dernière.

Citant la Receita Federal, l’agence gouvernementale chargée de collecter les taxes et les droits, le portail d’information R7 affirme que cette statistique représente une augmentation de 91 %.

L’augmentation est légèrement supérieure, à 109,5 %, soit 31 millions de reais (6,7 millions de dollars) en 2019 et à 67,1 millions de reais (un peu plus de 14 millions de dollars) en 2021.

Pour cette année, 223.3.000 unités ont été confisquées au cours des quatre premiers mois de l’année, soit l’équivalent de 18 millions de reais (près de quatre millions de dollars).

Le site indique que, outre la contrebande, les détournements de fonds, l’évasion fiscale et le vol de marchandises, le problème des boissons alcoolisées distillées contrefaites est le plus préoccupant en raison des dégâts occasionnés à la santé.

Pour R7, l’augmentation du marché illégal s’explique en raison de la baisse des revenus des Brésiliens et la restriction d’accès pendant la pandémie de Covid-19.

Et puis, les boissons frelatées peuvent coûter jusqu’à 60 % de moins que les boissons originales.

Selon Cristiane Foja, PDG de l’Association brésilienne des boissons, le problème s’est aggravé depuis le début de la crise sanitaire en février 2020.

En plus de l’augmentation du volume de boissons irrégulières confisquées, il y a eu une augmentation des opérations d’application de la loi par la police civile, fédérale et routière, le Secrétariat fédéral des recettes et le Secrétariat national de la consommation du ministère de la Justice.

« Ce qui se passe, c’est qu’il y a une aggravation du marché illégal, peut-être due à la situation économique du pays. Plusieurs facteurs sociaux justifient l’augmentation de l’illégalité. La difficulté d’accès est un facteur important », explique M. Foja.

Il affirme qu’il y a eu une période de pandémie où la loi sèche a été imposée dans plus de 200 villes pour empêcher les personnes de se rassembler.

« Comme il est difficile de se rendre aux lieux de vente, le consommateur finit par chercher des canaux illégaux pour acquérir les produits ».

Selon l’association, São Paulo est l’État où l’incidence des boissons contrefaites est la plus élevée, suivi de Minas Gerais et de Rio de Janeiro.

Concernant le scénario de la contrebande, les saisies sont menées par les trois États du sud, le Rio Grande do Sul occupant la première place.

jcc/mgt/ocs

EN CONTINU
notes connexes