mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Royaume-Uni prévoit d’envoyer de premiers migrants au Rwanda dans deux semaines

Londres, 31 mai (Prensa Latina) Le gouvernement britannique a annoncé aujourd’hui que le premier vol de migrants déportés au Rwanda partira le 14 juin prochain, où ils resteront pendant le traitement de leurs demandes d’asile au Royaume-Uni.

Selon la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, les premières personnes qui seront envoyées dans le pays africain sont officiellement notifiées, mais elle a admis qu’il pourrait y avoir des retards en raison de l’action en justice de groupes de défense des droits humains.

Nous savons qu’il y aura des tentatives pour faire échouer le processus et retarder les déportations, mais je ne me laisserai pas dissuader et je resterai attachée à la mise en œuvre de ce que la population britannique attend, a déclaré la ministre en référence à la réforme du système d’asile initiée par le gouvernement conservateur.

Dans le cadre de ces changements, Londres a annoncé en avril dernier qu’elle était parvenue à un accord avec le gouvernement rwandais pour accueillir les migrants en situation irrégulière sur le territoire britannique.

Le schéma prévoit une contribution de 120 millions de livres (environ 127 millions de dollars) pour aider le Rwanda à couvrir les dépenses de séjour des réfugiés.

Plus de 160 organisations caritatives, humanitaires et religieuses britanniques, ainsi que plusieurs députés de l’opposition et de nombreux conservateurs demandent au gouvernement de revenir sur ce projet, le jugeant inhumain.

La plupart de ses détracteurs remettent également en question la légalité, la fonctionnalité et l’efficacité du plan conçu par Londres pour tenter d’endiguer la vague de migrants traversant la Manche à la recherche de meilleures conditions de vie.

L’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) a également accusé le gouvernement britannique de vouloir « exporter » ses obligations en matière d’asile et l’a exhorté à abandonner cette idée.

Le Premier ministre Boris Johnson refuse cependant d’écouter les critiques et assure qu’il est prêt à se battre en justice contre les avocats « gauchistes » qui s’opposent à ses plans.

Dans des déclarations récentes au tabloïd Daily Mail, Johnson a déclaré qu’il était même prêt à aller à l’encontre de la Convention européenne des droits de l’Homme, dont le Royaume-Uni est signataire, afin de contraindre les migrants à renoncer de traverser la Manche.

Selon des données non officielles, l’année dernière, plus de 28 000 personnes seraient arrivées sur la côte sud de l’Angleterre en provenance principalement du nord de la France, alors qu’elles sont déjà plus de 8 000 depuis janvier dernier.

peo/car/nm 

EN CONTINU
notes connexes