mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Intérêt russe pour le renforcement des relations avec l’Afrique

Moscou, 3 juin (Prensa Latina) Le président russe Vladimir Poutine a signalé aujourd’hui le rôle croissant de l’Afrique sur la scène internationale et a souligné l’intérêt de son pays pour l’élargissement des relations avec les États de ce continent.

Le mandataire a fait ces déclarations lors de l’accueil dans sa résidence de Sotchi, en mer Noire, de son homologue sénégalais Macky Sall, actuellement président de l’Union africaine (UA), et du chef de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat.

« Nous croyons que l’Afrique dans son ensemble et ses États individuels, avec lesquels nous entretenons traditionnellement, sans exagérer, de très bonnes relations amicales, ont d’énormes perspectives », a déclaré le chef d’État russe, a indiqué le Kremlin sur son site Internet officiel.

Il a assuré que, sur la base de ces perspectives, Moscou avait l’intention de continuer à développer les liens avec l’Afrique dans son ensemble et avec ses États.

Selon le communiqué, les dirigeants ont examiné les questions de l’interaction de la Russie avec l’UA, y compris l’élargissement du dialogue politique, ainsi que la coopération économique et humanitaire avec les pays du continent.

Poutine a souligné qu’il y a une semaine, le monde a célébré la Journée de l’Afrique, que Moscou et Dakar célèbrent le soixantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques et que la création de l’Union africaine sera commémorée dans les prochains jours.

Au début du dialogue, le président sénégalais a pour sa part évoqué la nécessité pour l’Occident de lever les restrictions imposées à la Russie dans le domaine des approvisionnements internationaux en céréales et en engrais.

« Les sanctions contre la Russie ont aggravé la situation d’approvisionnement des pays africains en céréales et en engrais. Nous n’y avons (actuellement) pas accès. Et cela a des conséquences sur la sécurité alimentaire du continent », a souligné Sall. 

La rencontre se déroule au milieu de la crise alimentaire que vit l’Afrique et servira à mettre en place des mécanismes de coopération pour y pallier, a détaillé le bureau de presse présidentielle russe.

À l’heure actuelle, la Russie et l’Ukraine couvrent plus de 40 pour cent des importations africaines de blé, mais dans des pays comme le Rwanda, la Tanzanie et le Sénégal, ce chiffre est supérieur à 60 %.

Mais en Égypte il s’agit de plus de 80 pour cent, tandis qu’au Bénin et en Somalie, les importations depuis Moscou et Kiev représentent 100 pour cent de leurs besoins en blé.

Ce vendredi, la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zajárova, a assuré que son pays était prêt à fournir des céréales russes à tous les pays qui en ont besoin, mais que les restrictions imposées par les pays occidentaux l’en empêchent.

« C’est l’Occident qui, pour satisfaire ses intérêts politiques et, au passage commerciaux, a introduit des restrictions à l’entrée des navires étrangers dans les ports russes, à celle des navires russes dans les ports étrangers, et a créé des barrières insurmontables dans le domaine de l’assurance et des transactions bancaires », a-t-elle dénoncé.

peo/mv/mml/mv/mml

EN CONTINU
notes connexes