mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La CEPALC rend compte des effets de la guerre en Ukraine sur l’Amérique latine

Santiago du Chili, 6 juin (Prensa Latina) La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a présenté lundi dans cette capitale un nouveau rapport mettant en examen l’impact socio-économique de la guerre en Ukraine sur l’Amérique latine et les Caraïbes.

D’après le secrétaire principal par intérim de l’organisation, Mario Cimoli, le document rend compte des conséquences du conflit et fournit des recommandations aux pays sur la façon de faire face à ses effets.

Intitulé ‘Répercussions en Amérique latine et dans les Caraïbes de la guerre en Ukraine : comment faire face à cette nouvelle crise ?,’ ce document passe en revue  les diverses branches de l’économie régionale secoués par la guerre amorcée en février dernier. Par exemple, après l’expansion économique de 2021 – 6,3 % du PIB régional – en 2022, elle devrait atteindre 1,8 %, une tendance qui suit le schéma de croissance lente de 2014-2019.

En surplus, le taux d’inflation est en hausse depuis 2021, atteignant 6,6 % à la fin de l’année, mais en avril 2022, il est passé à 8,1 %, souligne la CEPALC.

Selon l’organisation, en raison de la lenteur de la croissance et de l’accélération de l’inflation, la pauvreté et l’extrême pauvreté dépasseront les niveaux estimés pour 2021. Cela marquera une incidence de la pauvreté régionale, qui atteindra 33,7 %, tandis que la pauvreté extrême atteindra 14,9 %.

Le texte met en avant des politiques visant à atténuer ses répercussions sur le processus de rétablissement après la pandémie de Covid-19, problématique à laquelle la région est toujours confrontée.

D’après la CEPALC, les économies d’Amérique latine et des Caraïbes sont confrontées à une situation difficile. D’une part, un contexte extérieur qui, avant la guerre, montrait déjà un affaiblissement de la croissance économique et du commerce international, de nouveaux variants du SARS-CoV-2 et des prix élevés de l’énergie et des denrées alimentaires.

De l’autre, des contextes intérieurs qui favorise la pauvreté et les inégalités. Ce sont des facteurs qui pris ensemble ont été intensifiés par l’opération militaire en Ukraine et les sanctions imposées à la Russie par l’Occident, celui-ci ayant déjà appliqué six trains de mesures.

Selon des estimations de la CEPALC , dans les circonstances actuelles où ce conflit exacerbe les problèmes d’inflation, accentue la volatilité et les coûts financiers, on s’attend à une performance économique moyenne de 1,8 %, ainsi qu’à un ralentissement du rythme de création d’emplois.

L’effet conjoint de l’augmentation de la participation au marché du travail et de la baisse de la création d’emplois entraînera une hausse du taux de chômage cette année, a averti la CEPALC.

De même, la dynamique du commerce mondial sera affaiblie de manière négative, ce qui entraînera une baisse de la demande extérieure de l’Amérique latine, étant donné que les principaux partenaires commerciaux de la région – les États-Unis, la Chine et l’Union européenne – connaîtront des taux de croissance plus faibles que prévu.

jcc/ssa/jf/crc

 
EN CONTINU
notes connexes