jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Biden se rend à Los Angeles pour le Sommet sans les Amériques

Los Angeles, États-Unis, 8 juin (Prensa Latina) Le président des États-Unis, Joe Biden, se rend mercredi à Los Angeles pour le 9e Sommet des Amériques, alors que la réunion est vivement vilipendée pour sa nature d’intolérance.

La rencontre, considérée comme un revers dans les relations hémisphériques pour exclure la visite des pays souverains du continent, a été dépeinte par la Maison Blanche comme un événement qui tenterait d' »unir » la région face aux « défis urgents ».

Toutefois, les dirigeants de plusieurs gouvernements ont décidé de ne pas y assister et ont porté plainte contre la décision de Washington de mettre de côté Cuba, le Venezuela et le Nicaragua.

Certains analystes affirment que ce sommet pourrait être le moins inclusif depuis le premier, également organisé par les États-Unis, en 1994 à Miami.

De l’avis du diplomate Richard Haass, ancien chef du Bureau de la planification politique du Département d’État, le Sommet des Amériques apparaît comme « une débâcle, un but contre son camp » pour Washington.

Les États-Unis n’ont pas de proposition commerciale, pas de politique d’immigration, pas de paquet d’infrastructures. Au lieu de cela, l’accent est mis sur ceux qui assisteront à l’événement et ceux qui n’y assisteront pas, a-t-il écrit mardi sur son compte Twitter.

Le slogan du sommet, « Construire un avenir durable, résilient et équitable », n’est resté qu’un babillage bien intentionné, selon les observateurs.

Ils affirment en plus que les grands défis auxquels sont confrontés les peuples du continent américain ne peuvent être résolus par l’exclusion, la confrontation ou la violence, mais par le respect de la diversité et la coopération.

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a refusé d’y assister en raison de la position du pays du Nord, tout comme son homologue bolivien, Luis Arce.

Le Honduras, le Guatemala et les nations qui composent la Communauté des Caraïbes (Caricom) ont adressé leur mécontentement concernant cette politique d’exclusion.

D’autres considèrent qu’il s’agit d’un recul dans l’agenda vers la région de l’actuel chef gouvernemental.

Le militant Manolo de los Santos a déclaré à Prensa Latina que le Sommet des peuples pour la démocratie, qui s’ouvre le 8 juin à Los Angeles, s’était opposé à ce projet de division de la région.

Alors que le sommet de  Biden est marqué par l’exclusion et l’imposition d’un agenda politique, le nôtre rassemblera des voix diverses de toutes les Amériques, a déclaré De los Santos, directeur de la plateforme le Forum des peuples.

Cependant, il est clair que les questions à l’ordre du jour,  comme la crise migratoire ou la pandémie de Covid-19, passeront au second plan comparé au sujet d’absences et cela pour mettre sur la table une question non moins importante : la division des Amériques.

jcc/oda/dfm

 
EN CONTINU
notes connexes