vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Prensa Latina : l’espoir réalisé de la vérité

La Havane (Prensa Latina) Si elle n’existait pas, l’Agence de presse de l’Amérique Latine Prensa Latina dont le siège est à La Havane et qui compte parmi ses fondateurs le légendaire leader de la révolution cubaine Fidel Castro et le Comandante Ernesto Che Guevara, il aurait fallu la créer.

Par Raimundo López

Cette déclaration prend une importance capitale aujourd’hui alors que le centre de pouvoir impérial de la planète a créé le système le plus formidable et monumental pour faire prévaloir le mensonge, pour dominer et soumettre en imposant le pessimisme et le vent de la défaite à l’aspiration à un monde meilleur.

En bref, Prensa Latina est l’espoir réalisé de la vérité et des centaines de professionnels brillants ont su s’en servir pour affronter ce monde absurde où les secteurs du pouvoir imposent leur opulence et leur avidité comme une conséquence divine que les majorités doivent applaudir comme naturelle malgré leur pauvreté et leur impuissance.

Je suis fière d’avoir travaillé à Prensa Latina pendant plus de quatre décennies et d’y appartenir même après ma récente retraite, car on ne quitte jamais le cœur, ce que l’on aime est toujours là.

Prensa Latina a été fondée le 16 juin 1959, après des mois de préparation au début de la révolution cubaine qui a triomphé le 1er janvier de la même année. En avril, elle avait même publié sa première dépêche ou « câble » d’information.

Malgré la joie que suscite partout la victoire du peuple cubain et de son armée rebelle de barbus, l’enthousiasme presque universel après la défaite de la dictature cruelle du général Fulgencio Batista, la pression de l’aile droite aux États-Unis et les premières agressions contre les Cubains commencent très tôt.

Le premier prétexte était la procédure pénale contre les auteurs des crimes contre l’humanité de la tyrannie, qui ont été arrêtés avant de pouvoir s’échapper aux États-Unis. Des membres du Congrès et une partie de la presse étasunienne ont commencé à présenter les meurtriers de plus de 20 000 Cubains comme des défenseurs bon enfant de la démocratie.

On était à peine au 15 janvier et déjà les premiers coups mortels portés à l’économie cubaine étaient portés, qui devinrent bientôt le blocus, le plus long siège contre une nation dans l’histoire de l’humanité, maintenant vieux de plus de six décennies.

Quelques jours plus tard, le jeune leader cubain a convoqué des centaines de journalistes du continent pour expliquer les raisons des procès contre les criminels de la tyrannie et a lancé l’opération Vérité pour faire face aux campagnes de mensonges.

Nombre des journalistes unissant leurs forces pour fonder Prensa Latina ont participé à l’opération Vérité, dirigée par l’Argentin Jorge Ricardo Masetti, qui en a été le premier directeur général. D’autres ont participé à la mise en place des premiers correspondants en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Les dirigeants de l’Organisation des États américains (OEA) parviennent à achever le siège de La Havane à la fin du mois de janvier 1962, lorsqu’ils expulsent Cuba et que la rupture des relations diplomatiques avec l’île rebelle s’étend en cascade, à la seule exception du Mexique.

AU SERVICE DE LA VÉRITÉ

À cette époque, le marché continental de l’information était dominé par deux agences de presse américaines, AP et UPI, qui étaient alors presque les seules sources d’information sur les événements dans chacun de nos pays.

Prensa Latina a entrepris de s’opposer à ce monopole absolu de l’information dès le début, une tâche monumentale car la presse continentale, à quelques exceptions près, était complice des campagnes de dénigrement anticubaines.

Lorsque l’empire de l’information est aussi écrasant et persistant, les dictons populaires selon lesquels « les mensonges ont les jambes courtes » ou que l’on attrape d’abord un menteur avant d’attraper un boiteux ne fonctionnent pas. Au contraire, elle impose le critère cynique du criminel nazi Joseph Goebbels, selon lequel un mensonge répété mille fois devient la vérité.

Ce n’est pas une conviction fatale, car la vérité finira par trouver son chemin, d’une manière ou d’une autre. Je l’ai constaté au cours de mon travail et même dans des occasions inimaginables, comme dans un village péruvien isolé au milieu de la végétation de la jungle amazonienne.

AVEC LES POPULATIONS INDIGÈNES ET LES PAYSANS DIGNES

C’est une histoire qui mérite d’être écrite. Des amis proches de la solidarité avec Cuba m’ont invité à visiter leurs comités dans différentes villes du nord du Pérou, et le siège m’a autorisé à le faire.

C’était un voyage en bus fascinant et l’un des principaux arrêts était à Trujillo, à 488 kilomètres de Lima, une belle ville où le grand César Vallejo a commencé son voyage poétique. Là, on m’a emmené voir la ville en adobe de Chan Chan, de la civilisation Chimu, qui des siècles plus tard se dresse toujours sur la côte désertique.

Nous étions à Chiclayo, à près de 800 kilomètres de Lima, puis à Tarapoto, à 704 kilomètres par la route, dans la jungle amazonienne. J’ai traversé l’impressionnante chaîne de montagnes des Andes dans un bus bon marché, avec des Indiens dignes et des paysans voyageant avec des poulets, des chèvres et des ballots.

Partout, nous avons été accueillis par une main solidaire et une admiration passionnée pour la révolution cubaine, et des amis de Tarapoto ont même organisé la visite d’un hameau isolé de l’autre côté d’une puissante rivière que l’on ne pouvait atteindre qu’en barque.

L’attente de l’étranger comportait un ingrédient inhabituel : il venait de Cuba, le pays lointain où l’un des garçons du quartier étudiait la médecine. J’ai rendu visite à sa famille et à d’autres personnes qui rêvaient d’un destin similaire pour leurs enfants, et même la principale autorité a fait un repas pour l’occasion et m’a donné à boire de la chicha et un aguardiente doux, la fierté de la communauté.

Lors des adieux émouvants, un vieil homme m’a demandé naïvement si c’était vrai qu’à Cuba on tuait les vieux et qu’on mettait leur viande en conserve. Ce n’était pas offensant et il m’a simplement dit qu’il l’avait entendu pendant de nombreuses années. Je me suis arrêté pour expliquer et j’ai été tellement intéressé que le dernier batelier est venu nous exhorter à traverser la rivière en fin d’après-midi.

Le vieil homme m’a serré chaleureusement dans ses bras et m’a simplement dit : « Merci de nous l’avoir dit ». Je n’ai jamais cru ça.

C’était l’un des mensonges les plus dégoûtants sur Cuba.

Aujourd’hui, avec le développement spectaculaire des nouvelles technologies, les mercenaires sans scrupules ont multiplié leur capacité à mentir. Cuba est en train de vivre une Opération Vérité permanente et dans celle-ci, comme les autres médias du pays et de la population, Prensa Latina est l’un des principaux acteurs.

Il ne fait aucun doute que si les mensonges ont des jambes courtes, la vérité a besoin de bras forts pour la défendre et la soutenir. C’est pourquoi les pionniers de Prensa Latina l’ont créé et aujourd’hui encore, il a 63 ans et est entre les mains d’une nouvelle génération, un autre espoir réalisé pour la vérité.

jcc/arb/rl

 
EN CONTINU
notes connexes