jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Gustavo Petro, premier président de gauche en Colombie

Bogota, 20 juin (Prensa Latina) Gustavo Petro, le candidat du Pacte historique, est devenu le premier président des forces alternatives et de gauche en Colombie en triomphant lors du scrutin de dimanche.

Selon les données du Bureau national du registre, Petro et Francia Márquez, sa colistière, gouverneront le pays après un triomphe qualifié d’historique dans ce pays sud-américain présidé depuis plus de 200 ans par des secteurs de droite.

Avec 89,35 % des bureaux de vote,  Petro a obtenu 10 millions 75 836 voix, soit 50,88 % des votes valides. Hernández a obtenu 46,85 % des suffrages exprimés lors de ces élections.

Gustavo Petro, né le 19 avril 1960 à Ciénaga de Oro, est un homme politique et un combattant bien connu qui, dès sa jeunesse, a été membre du Mouvement du 19 avril (M-19), un groupe de guérilla urbaine participant au conflit armé interne entre 1974 et 1990, date à laquelle il a été démobilisé dans le cadre d’un processus de paix, une étape importante dans l’histoire de la Colombie.

Il est ensuite devenu l’Alianza Democrática M-19 (AD M-19), la deuxième force politique la plus importante de l’Assemblée constituante de 1991, et sous son acronyme, a été élu à la Chambre des représentants lors des élections de la même année.

C’est un économiste diplômé de l’Universidad Externado de Colombia, avec une spécialisation en administration publique et également en environnement et développement de la population ; une maîtrise en économie et un doctorat en nouvelles tendances de l’administration des affaires.

Il a été conseiller municipal et conseiller de Zipaquirá ; représentant à la Chambre du Congrès pour Cundinamarca, également pour Bogotá ; maire de Bogota et actuellement sénateur.

Il a reçu des récompenses telles que la médaille Luis Carlos Galán, décernée par les commissions d’éthique du Congrès pour sa lutte contre la corruption, le prix du défenseur de l’année pour son action en faveur du bien-être des animaux et le World Climate Leadership Award.

Il a également été reçu comme professeur honoraire de l’Université nationale Lanús pour sa défense des droits de l’homme et de la paix et, en 2014, il a été reconnu comme le sixième meilleur maire du monde.

En 1994, il a été nommé à l’ambassade de Colombie en Belgique en tant qu’attaché diplomatique pour les droits de l’homme, poste qu’il a occupé jusqu’en 1996.

En 1998, il se présente à nouveau à la Chambre des représentants avec le soutien du mouvement Vía Alterna, qu’il a fondé avec d’autres anciens militants du parti AD M-19.

Durant cette période, il est élu meilleur député par ses collègues et la presse nationale grâce à ses dénonciations de la corruption et ses débats de contrôle politique, dont celui sur le paramilitarisme à Antioquia.

De 2006 à 2010, il a été sénateur de la République et c’est à cette époque qu’il a révélé le scandale de la « parapolitique », qui a mis en évidence les liens entre des hommes politiques et des groupes paramilitaires, ce qui lui a valu d’être élu personnalité politique de l’année.

Comme maire de Bogota, poste qu’il a occupé de 2012 à 2015, il a créé le Secrétariat à la femme et inauguré le Centre de citoyenneté LGBTI, mis en place des centres de contrôle des naissances et d’avortement dans les cas autorisés par la loi, proposé comme politique gouvernementale de conserver les zones humides de Bogota et arrangé  la préservation de l’eau face au réchauffement climatique.

Au cours de son mandat, il a entamé le processus de suppression des véhicules à traction animale utilisés par les ramasseurs de déchets, dont certains ont reçu des véhicules à moteur et des subventions.

En 2018, il était candidat à la présidence du Mouvement significatif des citoyens-Colombia Humana et a obtenu un vote historique de plus de huit millions de voix, et en vertu du statut de l’opposition, ayant obtenu le deuxième plus grand nombre de voix aux élections présidentielles, il est devenu sénateur, poste qu’il occupe aujourd’hui.

Lors des élections législatives du 13 mars, où des consultations interpartis ont également eu lieu, Petro a été élu comme candidat du Pacte historique, avec un vote de près de cinq millions de bulletins, et a ensuite nommé la militante écologiste Francia Márquez comme colistière.

Il a assuré qu’en cas de victoire à l’élection présidentielle, il reprendrait les relations diplomatiques avec le Venezuela, rompues depuis 2019.

Le candidat de la coalition des forces alternatives et de gauche propose, s’il remporte le second tour, une pension décente pour les personnes âgées qui n’en bénéficient pas en ce moment, une éducation publique gratuite et de qualité, la création d’une commission avec des procureurs internationaux pour endiguer la corruption et un plan d’urgence contre la faim.

Il affirme être contre le fracking (fracturation hydraulique, une technique permettant ou augmentant l’extraction de gaz et de pétrole du sous-sol).

Il affirme qu’il appliquerait les accords de paix et de sécurité territoriale, désactivera la guerre, avancera dans les dialogues avec les groupes armés tels que l’Armée de libération nationale pour mettre fin aux conflits internes du pays.

Il offrira également un logement décent aux sans-abri, proposera la relance de l’économie par la productivité rurale, la protection de l’environnement et la promotion de l’art et de la culture afin de construire une Colombie pacifique.

Enfin, il prévoit de renforcer le réseau des hôpitaux publics afin de garantir l’accès de tous au système de santé.

jcc/jha/otf

 
EN CONTINU
notes connexes