jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela et la Colombie franchissent une nouvelle étape dans leurs relations

Caracas, 22 juin (Prensa Latina) Le changement politique en Colombie suite à la victoire électorale de Gustavo Petro mercredi soulève plusieurs questions sur un éventuel changement dans les relations du pays avec le Venezuela, selon une source spécialisée.

Selon l’analyste Franco Vielma, l’élection du porte-drapeau du Pacte historique et de sa colistière Francia Márquez marque un tournant politique dans le pays néo-granadien, après le cycle prolongé de gouvernements conservateurs de droite qui ont pris la forme d’une caste depuis l’assassinat de Jorge Eliécer Gaitán en 1948.

Dans l’article paru sur le site du groupe de recherche et d’analyse Misión Verdad, l’expert a indiqué que l’émergence de ce courant de gauche modérée contribue de manière significative à modifier la carte régionale et ouvre des possibilités géopolitiques inédites au cours des dernières décennies.

« Le meilleur scénario, compte tenu des conditions précédentes, est que la Colombie se retire de l’agenda de harcèlement, d’encerclement et d’asphyxie multifactorielle contre le Venezuela. Et cela serait plus que suffisant pour désamorcer les tensions accumulées », a dit l’analyste.

Parmi les points clés à aborder afin de mettre en place une politique efficace à l’égard du Venezuela, Franco Vielma a mentionné en premier lieu la nécessité d’articuler des actions dans le domaine de la sécurité conjointe entre les deux pays.

« Une politique de sécurité commune, dont l’objectif est de construire un cadre de sécurité frontalier global pour contenir la construction d’un État diffus à la frontière et réduire le narcoterrorisme, qui est une inertie historique de la Colombie qui continue à s’infiltrer vers le côté vénézuélien », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que, en ce qui concerne son voisin, la Colombie doit cesser d’être un porte-avions contre le Venezuela, elle doit cesser d’être une base d’opérations pour l’organisation de plans de déstabilisation, de tentatives d’assassinat et d’incursions de mercenaires, et se souvenir de l’opération Gideon (mai 2020).

Deuxièmement, il a souligné l’importance de maintenir des relations économiques civilisées et élémentaires entre les deux pays ; « le commerce binational doit être ravivé dans des conditions normales et sous arbitrage et régulation intergouvernementale », a indiqué l’expert.

Il a également évoqué le cas de l’entreprise publique Monómeros, sous le contrôle de l’administration colombienne d’Iván Duque depuis que l’opération transnationale de dépossession des biens de l’État vénézuélien a commencé en 2019 avec l’autoproclamation du leader de l’opposition Juan Guaidó comme président en charge.

D’autre part – note l’article de Mision Verdad – « il est nécessaire de reprendre les relations diplomatiques et consulaires, les canaux de communication institutionnels et la médiation des questions pertinentes, comme la grande migration historique des citoyens des deux nationalités entre les deux pays, parmi beaucoup d’autres.

« L’agenda du gouvernement parallèle au Venezuela a malheureusement échoué et, en termes strictement pragmatiques, Petro n’a pas besoin de poursuivre la reconnaissance de l’échec de Guaido et de prolonger le lourd héritage de l’uribisme dans ses relations avec le Venezuela », a déclaré l’analyste.

Durant la campagne électorale pour les élections présidentielles, Gustavo Petro a affirmé qu’il rétablirait les relations avec Caracas après trois ans de rupture.

Après le résultat historique des élections dans le pays voisin, le Venezuela a exprimé dans un communiqué officiel sa volonté de travailler à la construction d’une nouvelle étape des relations avec la Colombie, fondée sur la solidarité, la coopération et la paix entre les deux pays.

En février 2019, le président vénézuélien Nicolás Maduro a annoncé la décision de rompre les relations politiques et diplomatiques avec Bogota, accusant l’administration d’Iván Duque de soutenir les agressions contre la nation bolivarienne, en collusion avec les États-Unis et l’extrême droite vénézuélienne.

jcc/ifb/wup

EN CONTINU
notes connexes