mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des questions en l’air sur les relations EU-Colombie

Washington, 24 juin (Prensa Latina) La victoire de Gustavo Petro en Colombie soulève de profondes questions sur le cap de la politique étasunienne américaine à l’égard de son principal allié dans la région, estiment aujourd’hui les commentateurs et les médias.

Un rapport mis en lumière par Politico définit la situation comme  » le nouveau numéro de jonglage latino-américain du (président) Joe Biden : comment gérer le nouveau président colombien « .

Les liens des États-Unis avec le principal allié régional, partenaire extraterritorial et, selon les experts, porteur terrestre de l’OTAN dans ses plans expansionnistes en Amérique latine, pourraient être mis à l’épreuve avec l’élection de son dirigeant de gauche.

Écrit par Sabrina Rodríguez, correspondante nationale de Politico, l’article affirme que la victoire de la gauche dans le pays sud-américain a marqué un tournant historique, mais pourrait aussi devenir un casse-tête pour le président Biden.

Cette victoire pose de nouveaux obstacles à Washington, car pouvant réajuster l’alliance de longue date des deux pays qui bénéficie d’un soutien bipartisan depuis des décennies.

L’arrivée de Petro a provoqué des remous chez les conservateurs et certains modérés, toutefois l’administration Biden semble adopter une approche prudente, en recherchant des points d’intérêt commun.

En privé, selon l’analyse, l’administration voit quelques opportunités parmi les défis. Les responsables du Conseil de sécurité nationale et du département d’État qui se préparent à ce moment depuis des mois pensent qu’il existe des scénarios dans lesquels les deux gouvernements peuvent trouver un terrain d’entente.

En définitive, le cap des relations dépendra de M.Petro, a déclaré Dan Restrepo, l’un des principaux conseillers de Barack Obama pour l’Amérique latine.

« Contrairement à d’autres, ni Biden ni son équipe ne préjugent ou n’anticipent la tournure que prendra l’affaire. Ils vont s’engager », a-t-il déclaré. « Plus de compromis plutôt que moins a du sens en période de changement politique ».

Toutefois, selon l’analyse, en Floride, où se trouve le spectre le plus conservateur de la droite latino-américaine, la réaction à l’élection de M. Petro a été négative.

Annette Taddeo, sénatrice démocrate de Floride, candidate au Congrès et d’origine colombienne, a demandé aux responsables de Biden de procéder avec « une grande prudence » et « d’être à l’affût de tout mouvement inquiétant ».

Cependant, certains démocrates nationaux considèrent déjà que la Floride n’est plus essentielle pour gagner la Maison Blanche.

Les mesures rapides prises par l’administration Biden pour s’engager auprès du prochain occupant de la Casa de Nariño suggèrent que les États-Unis souhaitent sérieusement garder le pays sud-américain proche plutôt que d’isoler le leader de gauche avant qu’il ne commence, ont déclaré plusieurs anciens fonctionnaires et experts étasuniens.

Cependant, des points de tension évidents sont déjà apparus entre les deux nations, les nouvelles autorités de Bogota estimant que la guerre contre la drogue menée par Washington est un échec total et souhaitant également réduire les exportations de pétrole et renégocier les termes de l’accord de libre-échange.

Néanmoins, des experts tels que Benjamin Gedan, ancien directeur pour l’Amérique du Sud au Conseil national de sécurité sous Obama et actuel directeur adjoint du programme Amérique latine du Wilson Center, ont souligné que, sans exagérer le caractère amical des relations, il est possible de travailler sur des domaines où les accords seraient substantiels.

jcc/mem/lb

EN CONTINU
notes connexes