mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie dénonce les tentatives de freiner le développement des pays indépendants

Moscou, 24 juin (Prensa Latina) Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé vendredi que la crise économique mondiale était exacerbée par les politiques financières erronées de certains pays, le recours à des sanctions illégitimes et les conséquences du Covid-19.

« Le commerce mondial est embourbé dans des litiges dont la résolution tient de moins en moins compte des règles et principes de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) », a-t-il déclaré lors du sommet BRICS Plus, accueilli par Pékin par vidéoconférence.

Ont participé à cet échange de vues les dirigeants des pays membres du groupe (Brésil, Russie, Chine, Inde et Afrique du Sud), ainsi que les chefs d’État et de gouvernement d’Algérie, d’Égypte, d’Indonésie, d’Iran, du Kazakhstan, du Cambodge, de Malaisie, du Sénégal, de Thaïlande, d’Ouzbékistan, de Fidji et d’Éthiopie.

Selon Poutine, l’ensemble du système monétaire et financier international est en lambeaux, tandis que les chaînes de production, de logistique et d’investissement sont également brisées.

La hausse rapide des prix des denrées alimentaires, de l’énergie et des matières premières constitue un grave effet socio-économique, notamment pour le développement des pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient, a-t-il souligné.

« Et je voudrais souligner une fois de plus, chers collègues et amis : ce n’est pas le résultat des derniers mois, et certainement pas le résultat d’une opération militaire spéciale que la Russie mène pour protéger le Donbass », a-t-il déclaré, en faisant référence à la guerre en Ukraine.

Le chef d’État russe a souligné que la forte hausse de l’inflation n’a pas commencé ces derniers jours, mais qu’elle était le résultat de plusieurs années de politiques macroéconomiques irresponsables des pays du G7 (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et États-Unis), ainsi que de l’émission et de l’accumulation incontrôlées de dettes non garanties.

Il a rappelé que ces processus s’étaient accélérés avec le début de la pandémie de Covid-19, lorsque l’offre et la demande de biens et de services ont chuté brusquement à l’échelle mondiale.

Selon Poutine, les pays riches ont imprimé de l’argent, l’ont distribué à leurs nations et, comme un aspirateur, ont commencé à ramasser toutes les denrées alimentaires sur le marché mondial.

Il a cité en exemple les États-Unis, qui étaient jusqu’à récemment un exportateur de denrées alimentaires, et qui achètent désormais plus qu’ils ne vendent. « C’est une triste issue pour les marchés alimentaires mondiaux », a-t-il déclaré.

Il a mentionné qu’une autre conséquence de ces politiques malavisées était la hausse des prix des produits agricoles, tels que les céréales, qui a surtout touché les marchés des pays en développement, où le pain et la farine sont un moyen de survie nécessaire pour de larges segments de la population.

Le président Poutine a qualifié de cynique l’attitude de certains pays occidentaux qui déstabilisent la production mondiale de produits agricoles, déplorent la situation actuelle, tout en appliquant des restrictions à la fourniture d’engrais russes et biélorusses et en entravant l’exportation de céréales vers les marchés mondiaux.

Il a prévenu que la Russie envisageait une bonne récolte et pourrait fournir 50 millions de tonnes de céréales aux marchés mondiaux, mais qu’il devenait de plus en plus difficile d’accorder le transport des céréales, les cargaisons sèches et les paiements bancaires dans le cadre de contrats commerciaux.

Le chef d’État a affirmé que son pays figurait comme un participant important et responsable du marché alimentaire mondial, étant prêt à continuer à remplir de bonne foi toutes ses obligations contractuelles pour la fourniture de denrées alimentaires, d’engrais, de vecteurs énergétiques et d’autres produits critiques.

Il a rappelé d’ailleurs que Moscou dispensait une assistance humanitaire à de nombreux pays dans le besoin, parfois gratuitement, comme elle l’a fait récemment avec le Liban, le Tadjikistan, le Kirghizstan, Cuba, le Soudan et quelques autres pays.

jcc/mgt/mml

EN CONTINU
notes connexes