dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba dénonce l’augmentation du trafic de personnes vers les États-Unis

La Havane, 28 juin (Prensa Latina) Cuba a dénoncé hier l’augmentation depuis le début de l’année des incursions de hors-bords en provenance des États-Unis pour effectuer des opérations de traite des personnes de l’île vers ce pays.

Une note du Ministère de l’Intérieur (Minint, en espgnol) rendue publique par le principal programme d’information de la télévision cubaine a signalé que suite aux actions des organismes de cette institution, 13 hors-bords avec 23 membres d’équipage, provenant des États-Unis, ont été interceptés.

La note ajoute qu’en plus du danger inhérent à ces événements, des situations de plus grande violence et agressivité se sont récemment produites avec l’utilisation d’armes à feu contre les équipages des navires des troupes de gardes-frontières.

Elle détaille que dans l’après-midi du 18 juin, un hors-bord en provenance des États-Unis a été détecté alors qu’il naviguait à l’ouest de Cayo Fragoso, au nord de la province centrale de Villa Clara, et se dirigeait vers la côte de la municipalité d’Encrucijada.

Le navire a été localisé par un hors-bord intercepteur cubain et, pendant la poursuite, l’un des membres d’équipage du navire ayant illégalement pénétré dans les eaux territoriales a ouvert le feu à l’aide d’un fusil automatique de calibre 556 millimètres, à la suite de quoi l’un des officiers a été blessé et le navire des gardes-frontières a été endommagée par de multiples impacts.

La note explique ensuite que le navire agresseur s’est retiré en direction du nord, tandis que le navire cubain a cessé la poursuite et a procédé à l’évacuation du membre d’équipage blessé qui a dû subir une opération chirurgicale et est maintenant hors de danger.

Les garde-côtes des États-Unis ont été informés de ce fait en temps réel, et ont été priés d’intervenir pour arrêter le hors-bord et son équipage.

Dans le même temps, les forces du Minint à Villa Clara ont arrêté un groupe de 30 personnes qui seraient concernées par ce trafic de personne vers les États-Unis et qui font l’objet d’une enquête, indique le texte.

L’un des citoyens impliqués dans l’agression faisait partie d’un groupe de migrants cubains illégaux renvoyé par voie maritime et effectué par le service des garde-côtes des États-Unis hier matin.

Un événement similaire s’est également produit hier à 12 h 57, heure locale, lorsqu’une unité de troupes de gardes-frontières a intercepté un hors-bord modèle Dakota, immatriculé FL2670JG, à trois milles marins au nord de Bahía Honda, dans l’ouest de Cuba,  et ce navire provenait également des États-Unis.

Alors qu’une procédure d’identification allait être débutée, les membres de l’équipage du navire ayant pénétré dans les eaux territoriales ont commencé à tirer sur l’équipage cubain, lequel a répondu à l’attaque et a grièvement blessé l’un des assaillants qui est décédé plus tard dans la journée, indique la note du Minint.

Lors de l’inspection du bateau détenu, les preuves de l’utilisation d’armes à feu par son équipage ont rapportées et de la drogue a été saisie.

Produit des tirs, l’unité des troupes frontalières a subi plusieurs impacts de projectiles.

Dans le cadre de la coopération opérationnelle entre les troupes de garde-frontières cubaines et le service des garde-côtes des États-Unis, ce dernier a été informé des données d’identification des personnes détenues et de celle décédée, ainsi que des caractéristiques et de l’immatriculation nord-américaine du navire.

Les informations du Minint signalent que dans les deux cas, les autorités compétentes mènent des enquêtes rigoureuses pour clarifier totalement les faits.

« Une fois de plus, des événements malheureux se produisent comme conséquence de la politique hostile et irresponsable du gouvernement des États-Unis contre Cuba en matière migratoire, laquelle stimule la réalisation d’opérations de traite de personnes par des éléments sans scrupules résidant dans ce pays, tout en empêchant l’émigration sûre, ordonnée et régulière », conclut la note du Ministère de l’Intérieur.

peo/oda/rc

 
EN CONTINU
notes connexes