jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Condamnation en Colombie du meurtre d’un signataire de la paix

Bogotá, 5 juillet (Prensa Latina) De nombreuses réactions de rejet, de douleur et de condamnation ont suivi hier en Colombie l’assassinat de l’ancien guérillero, signataire de la paix et leader social Ronald Rojas, également connu sous le nom de Ramiro Durán.

« C’est avec une grande tristesse que j’apprends l’assassinat du signataire de la paix Ramiro Durán à Neiva, un leader engagé pour le territoire, le dialogue et le processus de réintégration », a déclaré Carlos Ruiz Massieu, chef de la Mission de Vérification de l’ONU en Colombie.

Celui qui est également le représentant du secrétaire général de l’organisation multilatérale a condamné cet assassinat et réaffirmé la nécessité de renforcer la sécurité des anciens combattants, des signataires de la paix et des leaders sociaux.

Pour la conseillère municipale de Bogota Heidy Sánchez, le gouvernement d’Iván Duque a été incapable de donner une réponse pour protéger la vie de Durán et des anciens guérilleros en cours de réinsertion qui ont été assassinés au cours des quatre dernières années.

« Briser la paix a été la seule promesse de campagne qu’il a tenue » a déclaré Sánchez sur son compte Twitter.

De son côté, l’ex-combattant des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP) Martin Batalla a déclaré que Durán, assassiné hier par un tireur embusqué dans le domaine de sa famille, croyait en la paix, en l’Accord avec l’État, dans la société colombienne et dans la communauté internationale.

« Combien de temps devrons-nous continuer à enterrer nos signataires engagés pour la paix? » a-t-il questionné.

Le politologue Cristian López, de l’Université Nationale, a déclaré en apprenant ce crime que la paix totale est urgente en Colombie.

Il a rappelé que Durán « respectait ses engagements et pariait sur la réconciliation en Colombie. Un jeune leader engagé dans l’Accord final. Un autre attentat qui se passe sous le regard indifférent de l’État ».

Durán était le dernier commandant du bloc sud des anciennes FARC-EP et dirigeait des processus productifs avec d’anciens guérilleros réintégrés dans la vie civile.

D’après des informations fournies par l’Institut d’études pour le développement et la paix, il aurait été visé par un tireur embusqué alors qu’il se trouvait avec d’autres membres de sa famille.

Il a été transporté grièvement blessé dans un centre de soins où il est mort des suites de ses blessures.

22 anciens guérilleros en cours de réinsertion ont été tués depuis le début de l’année, et 321 depuis la signature de l’Accord de paix en 2016.

peo/oda/otf 

EN CONTINU
notes connexes