samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une Commission de vérité pour les victimes de la grève en Équateur

Quito, 6 juillet (Prensa Latina) La création d’une commission de vérité est aujourd’hui une revendication sur la table en Équateur, où beaucoup demandent une enquête sur les violences survenues pendant la grève nationale et des réparations pour les victimes.

L’initiative est promue à l’Assemblée nationale (Parlement) par les législateurs de l’Alliance pour l’espoir (UNES), qui estiment que justice doit être faite.

La requête, présentée par la parlementaire Esther Cuesta, demande instamment au Bureau du Médiateur, l’institution nationale qui promeut et protège les droits des personnes, d’enquêter sur les transgressions dénoncées pendant les 18 jours de marches. Les manifestations ont été organisées par le mouvement indigène au niveau national et avec un accent particulier sur Quito.

Les grèves ont été annoncées le 24 mai, lorsque le président de la république Guillermo Lasso avait présenté un rapport sur sa première année de mandat et jusqu’au 13 juin, date du début des actions, rien n’avait été fait.

M. Cuesta a souligné que face au droit légitime des citoyens d’élever la voix, « ce qu’ils ont vécu, c’est une forte répression policière et militaire, la déclaration de trois états d’urgence, la saisie de la Casa de las Culturas par les forces de sécurité, la violence dans les zones de paix déclarées dans les universités et l’arrestation du leader indigène Leonidas Iza ». Tout cela a augmenté la ferveur sociale.

Adossée par le banc de l’UNES, la proposition prévoit que le médiateur des droits de l’homme convoque un groupe d’experts avec des acteurs de la société civile et du monde universitaire afin d’évaluer les événements dans un délai de 90 jours.

Les manifestations de juin contre la cherté de la vie, l’insécurité et les mesures néolibérales du gouvernement ont fait six morts, 77 trangressions des droits de l’homme, 335 blessés parmi les manifestants, 175 arrestations et, selon le gouvernement, 175 policiers blessés et certains enlevés.

« Ce que nous avons vu et vécu, ce sont des images déchirantes de personnes contre des personnes, une société fragmentée et polarisée par le racisme, le classisme, le régionalisme et la xénophobie », a déclaré le représentant de l’UNES.

Au total, 110 législateurs, sur les 137 membres de la plénière, se sont prononcés en faveur de l’étude du médiateur.

Les résultats pourraient être les réponses exigées par les institutions équatoriennes, les parlements de la région et du monde, aux côtés des organismes internationaux, dont les Nations unies, qui ont demandé une clarification des faits.

La Mission de solidarité internationale, arrivée en Équateur pour vérifier les allégations de non-respect du droit de manifester, a évoqué dans son rapport de possibles crimes contre l’humanité.

Des attaques de nature systématique, généralisée et ciblée contre la population civile ; disparitions forcées, meurtres, privation illégale de liberté, torture ; toutes ces affaires sont fondées sur la nécessité d’atteindre la vérité et la justice pour les victimes, indique le rapport.

Dans ce contexte, le 29 juin, un jour avant la fin des manifestations, via la signature d’un accord de paix entre le gouvernement et le mouvement indigène, le Réseau mondial contre la violence policière a demandé au gouvernement de mettre immédiatement fin aux graves violations des droits de l’homme qui ont lieu dans le contexte des protestations sociales.

« Nous avons toujours lutté pour la démocratisation de l’État, pour la terre, pour l’eau, pour l’élimination de l’esclavage. Le bureau du Médiateur doit enquêter et rendre compte de la répression et des meurtres des camarades mobilisés », déclare José Agualsaca, également de l’UNES.

La résolution de l’Assemblée législative exhorte également les organes judiciaires à éviter de criminaliser la protestation et à octroyer le droit à la résistance dans les procédures engagées ou en cours à la suite de la grève nationale, y compris l’action intentée contre le président de la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur, Leonidas Iza, considérée comme arbitraire et illégale par sa défense.

jcc/oda/scm

 

EN CONTINU
notes connexes