lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba ouvre une exposition sur son patrimoine immatériel à l’Unesco

Paris, 6 juillet (Prensa Latina) La Mission permanente de Cuba auprès de l’Unesco a inauguré mercredi l’exposition De la terre au savoir-faire, consacrée au complexe agro-industriel sucrier de l’île et au processus de création du rhum léger.

« Nous proposons un voyage de couleurs et de saveurs à travers le patrimoine immatériel de Cuba et les aspects représentatifs de notre nation », a affirmé l’ambassadrice du pays caribéen auprès de l’Unesco Yahima Esquivel aux diplomates, fonctionnaires et autres invités lors de l’ouverture de l’exposition qui se tient jusqu’à vendredi prochain au siège de l’organisation multilatérale.

Esquivel a mis en évidence le lien entre le complexe agro-industriel sucrier, son essor et son développement, et la formation de la nation cubaine, liens saisis avec une clarté exquise par l’objectif du photographe Julio Larramendi.

« Nous trouvons des traces de cet ensemble dans les neuf sites du patrimoine mondial de l’île, les quatre éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité et les trois villes (La Havane, Santiago de Cuba et Trinidad) intégrées au mouvement des villes créatives de l’Unesco », a-t-elle manifesté.

En outre, l’exposition s’inscrit dans le cadre de la commémoration du 75e anniversaire de l’adhésion de la plus grande île des Caraïbes à l’Unesco et du 20e anniversaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

L’exposition s’intéresse à la découverte de plus près la tradition accumulée par huit générations de maîtres rhumiers, gardiens d’un patrimoine culturel et transmetteurs du savoir-faire du rhum, la saveur liquide de ce qui est cubain.

Deux de ces spécialistes, les premiers maîtres Juan Carlos González et César Martí ont abordé des questions historiques et sur la création du rhum léger, né en 1862 dans l’est du pays.

Depuis cette date, elle s’est développée, avec la contribution de huit générations de maîtres qui ne se considèrent pas comme les propriétaires du savoir-faire, mais plutôt comme les dépositaires et les gardiens d’un patrimoine culturel que nous avons la mission de transmettre.

Les membres du mouvement des maîtres sont désormais en visite en France, où ils ont présenté le rhum 1724, le numéro qui identifie le dossier soumis par Cuba à l’Unesco avec la candidature du savoir-faire de ses spécialistes du rhum léger pour faire partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

jcc/mgt/wmr

 
EN CONTINU
notes connexes