vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

« Boris Johnson a appelé à isoler la Russie et s’est retrouvé lui-même isolé »

Moscou, 8 juillet (Prensa Latina) Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’en est pris aujourd’hui au dirigeant démissionnaire du parti conservateur britannique, Boris Johnson, en déclarant qu’il avait appelé à isoler la Russie, mais qu’il s’était retrouvé isolé au sein de son propre parti.

« Tout au long de ses activités, Johnson a montré qu’il était avant tout une personne marquante qui s’accroche au pouvoir pour faire avancer sa propre carrière politique par tous les moyens », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, en commentaire de la démission du chef du gouvernement britannique après une réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 à Bali, en Indonésie, selon l’agence de presse Sputnik.

Lavrov a réagi au retrait de Johnson par un « et au revoir, bien au revoir ».

Boris Johnson, devenu chef du gouvernement britannique en 2019, a annoncé jeudi sa décision de quitter son poste après une série de scandales qui ont entraîné une cascade de démissions dans son entourage, et des critiques de ses coreligionnaires au Parlement, mais a précisé qu’il continuerait à exercer ses fonctions jusqu’à la nomination de son successeur.

Le Premier ministre britannique figure parmi les dirigeants occidentaux qui ont le plus exhorté la communauté internationale à appliquer des centaines de sanctions contre Moscou, dans le but d’étouffer et d’isoler la nation eurasienne de la carte géopolitique mondiale, sous prétexte de l’opération militaire russe en Ukraine.

Mercredi, la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que le Royaume-Uni avait oublié ses problèmes internes en concentrant tous ses efforts pour contrer la Russie et participer aux combats sur le territoire ukrainien.

Zakharova a indiqué que le départ massif des ministres britanniques n’était pas une décision surprenante, car « Londres, loin de s’occuper de ses affaires, s’emploie à générer d’énormes dépenses financières, à fournir des mercenaires britanniques et des forces clés des services de renseignement pour soutenir Kiev dans le conflit avec Moscou », a-t-elle ajouté.

jcc/ssa/rgh/odf

EN CONTINU
notes connexes