vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie suspend temporairement ses livraisons de gaz à l’Europe par le gazoduc Nord Stream1

Moscou, 11 juillet (Prensa Latina) Nord Stream AG a temporairement suspendu à partir de lundi l’approvisionnement en gaz de la Russie vers l’Europe par le gazoduc Nord Stream 1 en raison d’opérations de maintenance préventive annuelles programmées.

 » Ses deux pipelines seront désactivés du 11 au 21 juillet. Pendant cette période, les composants mécaniques et les systèmes d’automatisation seront testés afin d’assurer un fonctionnement efficace, sûr et fiable du gazoduc », a dit le géant russe du gaz Gazprom.

La déclaration de la société sur son site web indique que depuis le 1er juillet, elle a notifié que « le calendrier et le plan des travaux ont été convenus à l’avance avec les partenaires de transport de gaz de Nord Stream AG ».

Pendant la durée des travaux sur le gazoduc, la seule façon de livrer du gaz russe aux pays d’Europe occidentale et centrale est de passer par un gazoduc de transit à travers l’Ukraine.

Toutefois, Gazprom a déclaré que la partie ukrainienne a récemment confirmé des demandes par cette voie à hauteur d’environ 40 millions de mètres cubes par jour seulement, ce qui, selon elle, ne répond pas à la demande de la région.

« Le 10 juillet et jusqu’au moment où l’approvisionnement a été coupé tôt ce matin, le pompage de gaz russe était d’environ 63,4 millions de mètres cubes, ce qui est similaire aux jours précédents, ce chiffre équivaut à environ 40 % de la capacité maximale du gazoduc, qui est de près de 170 millions de mètres cubes par jour », a rapporté l’agence russe des hydrocarbures.

La société d’État du pays eurasien a prévenu en juin qu’elle serait contrainte de réduire le flux de gaz passant par le gazoduc Nord Stream parce que la société allemande Siemens n’avait pas encore rendu l’équipement technique utilisé pour pomper le gaz qui était en réparation.

La turbine, fabriquée par Siemens Energy, a été envoyée pour maintenance dans la ville canadienne de Montréal, le seul endroit où ce processus peut être réalisé. Cependant, il a été bloqué en raison des sanctions contre l’industrie pétrolière et gazière russe annoncées le mois dernier par le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau.

Le déclin des livraisons de Gazprom par Nord Stream a incité le vice-chancelier et ministre allemand de l’énergie, Robert Habeck, à demander la semaine dernière au Canada de libérer la turbine.

En réponse, le ministre canadien des ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a annoncé le 9 juillet qu’Ottawa allait rendre l’équipement à Berlin.

Cette annonce a provoqué une « profonde déception » de la part des autorités de Kiev, qui ont décrit cette décision comme « un ajustement du régime de sanctions aux caprices de la Russie ».

Le gouvernement ukrainien a mis en relief que Moscou pouvait fournir du gaz naturel à l’Europe à pleine capacité sans qu’il soit nécessaire de retourner la turbine, en utilisant les capacités de transit du réseau de pipelines ukrainien.

Ces actions font partie des mesures occidentales visant à réduire les revenus des hydrocarbures vers la Russie, dans le but d’étouffer et d’isoler Moscou de la carte géopolitique mondiale. 

jcc/mem/odf

EN CONTINU
notes connexes