lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un membre du Congrès des États-Unis assure que la politique de son pays envers Cuba est contre-productive

Washington, 12 juillet (Prensa Latina) La politique des États-Unis à l’égard de Cuba est aujourd’hui « erronée, contre-productive et stupide », a déclaré le représentant démocrate du Massachusetts Jim McGovern en intervenant lors d’une audience de la mairie de la ville de Boston.

Lors de la rencontre, consacrée au débat sur une résolution concernant le blocus imposé par les États-Unis à Cuba, le législateur a affirmé que ce siège économique, commercial et financier de Washington affecte de manière disproportionnée les familles cubaines.

McGovern, qui a visité l’île à de nombreuses reprises, a évoqué les mesures qui entravent les envois de fonds à la nation caribéenne et les obstacles à l’achat de nourriture et de médicaments, y compris au pire moment de la pandémie de Covid-19.

En outre, il a souligné que le blocus affecte également les propres nord-américains qui, dans le cas de la biotechnologie, par exemple, doivent chercher en d’autres lieux des techniques ou médicaments existant à Cuba, un pays voisin qui dispose d’un programme de recherche incroyable axé sur la santé.

Il a rappelé comment, au cours du second mandat de Barack Obama (2009-2017), des mesures positives ont été prises pour normaliser les relations bilatérales, mais a déploré que ces avancées aient été inversées sous le mandat de Donald Trump à la tête de la Maison Blanche (2017-2021).

Le représentant du Massachusetts au Congrès a averti que même si l’administration actuelle du président Joe Biden est en désaccord avec le gouvernement cubain à bien des égards, cela ne devrait pas empêcher les relations avec La Havane et ne justifie pas l’imposition de sanctions.

Cuba est le seul pays où les étasuniens sont interdits de voyager sans permis spécial, a regretté McGovern, pour qui le blocus « cruel et irrationnel » imposé à la plus grande des Antilles doit prendre fin.

Les membres du conseil municipal de Boston et d’autres invités ont soutenu la résolution introduite par la conseillère municipale Kendra Lara en faveur de liens plus étroits entre cette ville, capitale de l’État du Massachusetts, et Cuba.

Le document demande un assouplissement des restrictions aux voyages entre les deux nations, ainsi que l’ouverture de nouvelles opportunités de collaboration culturelle, médicale, sportive, académique et touristique.

peo/jcm/avr

EN CONTINU
notes connexes