jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

American Airlines étendra ses services dans cinq aéroports de Cuba

Washington, 14 juillet (Prensa Latina) Amerian Airlines (AA), aujourd’hui le plus important opérateur aérien des États-Unis à destination de Cuba, augmentera ses vols quotidiens vers cinq villes de l’île après avoir reçu l’approbation du Département des Transports nord-américain.

L’entité gouvernementale a annoncé ce mercredi le consentement à la demande faite au début du mois par la compagnie aérienne d’étendre ses services suite à la levée des restrictions imposées pendant le mandat de Donald Trump (2017-2021) et qui, jusqu’en mai dernier, étaient toujours appliquées par son successeur, Joe Biden.

Dans sa solicitude, AA a demandé une fréquence quotidienne entre l’aéroport international de Miami jusqu’à Matanzas/Varadero, Holguín, Camagüey et Santiago de Cuba puis deux vols par jour à destination de Santa Clara.

Le 31 mai dernier, le Département des Transports nord-américain, à la demande du Département d’État, a levé une série de restrictions sur les vols vers la plus grande des Antilles, abrogeant ainsi les restrictions de Trump.

L’ancien président républicain avait renforcé le blocus des États-Unis contre le pays des Caraïbes en imposant pas moins de 243 mesures coercitives.

Entre 2019 et 2020, Trump a suspendu les liaisons aériennes susmentionnées, y compris la possibilité d’effectuer des vols charter publics, à l’exception de la destination de l’aéroport international José Marti de la capitale cubaine. 

Il a fermé les services consulaires au sein de l’ambassade des États-Unis à La Havane, interdit l’entrée des navires de croisière et poursuivi les tankers qui transportaient du pétrole vers l’île, et ce dans le cadre d’une politique de pression maximale contre Cuba intensifiée durant la pandémie de Covid-19.

Le 16 mai dernier, la Maison Blanche a fait un pas positif, « mais de portée très limitée en ce qui concerne Cuba en matière de visas, migration régulière, vols vers les provinces, envois de fonds et ajustements aux règlements pour les transactions avec le secteur non étatique », a noté une déclaration du Ministère des Affaires étrangères de la nation antillaise.

Les autorités de La Havane ont alors clairement indiqué que ces annonces « ne modifient en rien le blocus, ni les principales mesures de siège économique prises par Trump».

L’inscription arbitraire et frauduleuse de Cuba sur la liste unilatérale du Département d’État nord-américain des pays parrainant prétendument le terrorisme n’est pas non plus annulée.

C’est l’une des principales difficultés que rencontre Cuba pour ses transactions commerciales et financières dans de nombreuses régions du monde, puisque les entités intéressées à travailler avec l’île craignent de subir des représailles, a indiqué le Ministère des Affaires étrangères (Minrex).

Cependant, a précisé la déclaration du Minrex, il s’agit d’un pas limité dans la bonne direction, une réponse à la dénonciation du peuple et du Gouvernement cubains mais également aux appels de la société nord-américaine et des Cubains résidant aux États-Unis.

peo/mem/dfm 

EN CONTINU
notes connexes