lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Commission européenne avertit d’une récession en cas d’arrêt des importations de gaz russe

Bruxelles, 14 juillet (Prensa Latina) Le commissaire à l’Économie de l’Union européenne (UE), Paolo Gentiloni, a affirmé aujourd’hui que l’économie de la région entrera en récession si les livraisons de gaz en provenance de Russie cessent dans un avenir proche.

D’après Gentiloni, dans une prévision datant du printemps de l’UE, les résultats d’une simulation d’un arrêt complet des importations de gaz russe, avec des possibilités de substitution limitées à court terme, ont été présentés.

À la lumière des événements récents, le risque d’une coupure de tout approvisionnement est devenu plus sérieux qu’un scénario hypothétique, a-t-il estimé.

Le quotidien nord-américain Bloomberg a rapporté mercredi que l’UE mettait au point une série de mesures économiques urgentes, dont la réduction de l’utilisation des systèmes de chauffage, afin d’atténuer les conséquences d’une éventuelle coupure de l’approvisionnement en gaz de la part de la Russie.

En effet, le projet indique que la CE considère qu’il existe un risque important que Moscou interrompe brusquement et unilatéralement ses livraisons de combustible en 2022.

Ces notes indiquent également que les ventes de gaz russe à l’UE sont désormais inférieures à 30 % de la moyenne de 2016 à 2021, et que cette réduction concerne 12 États membres de l’UE.

Le 24 février dernier, le président russe Vladimir Poutine a annoncé une « opération militaire spéciale » en Ukraine en réponse à l’appel à l’aide des leaders des républiques du Donbass.

Plusieurs pays occidentaux et certains de leurs alliés ont répondu par des sanctions massives contre la Russie et ont commencé à fournir des armes à Kiev.

Poutine a par ailleurs fait remarquer que les mesures coercitives occidentales à l’encontre de la Russie nuisent aux économies des pays qui les imposent et provoquent en outre une crise mondiale.

Selon lui, l’obsession de recourir à des sanctions conduira inévitablement aux conséquences les plus difficiles et insolubles pour l’Union européenne, pour ses citoyens, ainsi que pour les États les plus pauvres qui sont déjà confrontés aux risques de famine.

peo/ssa/mgt/amp

EN CONTINU
notes connexes