dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Syrie critique l’ONU pour son silence sur les attaques israéliennes

Damas, 22 juillet (Prensa Latina) Le ministère syrien des Affaires étrangères a adressé aujourd’hui deux lettres au secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de Sécurité de l’organisme pour les exhorter à condamner les agressions israéliennes contre cette nation levantine. 

Nous vous demandons d’exercer vos responsabilités en vertu de la Charte des Nations Unies et de condamner ces actions hostiles de Tel-Aviv sans hésitation ni retard, ont manifesté les missives dont le texte a été publié par les médias officiels du pays.

Il y est demandé qu’Israël respecte les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, en particulier les termes de l’accord de séparation des forces signé à Genève le 31 mai 1974, qui prévoit dans son premier paragraphe un cessez-le-feu sur terre, mer et air. Le ministère des Affaires étrangères syrien a critiqué le Conseil de Sécurité pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour empêcher la poursuite de ces agressions.

Le fait de ne pas les condamner signifie que le Conseil n’a pas réussi à s’acquitter au minimum de ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité dans la région et dans le monde, a-t-il ajouté.

Damas considère les attaques israéliennes comme l’autre visage de l’occupant nord-américain qui pille le pétrole et soutient les milices mercenaires dans le nord-est du pays dans le but de retarder, voire d’empêcher une solution politique en Syrie.

La République arabe syrienne réitère qu’elle se réserve le droit de réagir à ces actes d’hostilité répétés par les moyens appropriés en vertu du droit international, a indiqué le ministère.

Israël a commis cette année plus de 18 attaques contre le territoire syrien, la dernière ayant eu lieu à l’aube ce matin, et lors de laquelle six soldats syriens ont été tués et quatre autres blessés lors d’un bombardement contre la localité de Sayeda Zeinab, au sud de la capitale.

Le Gouvernement syrien a condamné ces actes et déploré le silence de l’Organisation des Nations Unies tout en réaffirmant son droit de défendre l’intégrité et la souveraineté du territoire national par tous les moyens légitimes.

peo/mv/fm 

EN CONTINU
notes connexes