samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Turquie, l’Ukraine, la Russie et l’ONU signent un accord sur le transit du blé

Ankara, 22 juillet (Prensa Latina) Des représentants officiels de la Russie, de la Turquie, de l’Ukraine et de l’ONU ont signé aujourd’hui un accord pour le transit sûr des céréales par la mer Noire.

Le ministre russe de la Défense, Serguei Shoigu, son homologue turc, Hulusi Akar, le ministre ukrainien de l’Infrastructure, Alexander Kubrakov, et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ont paraphé le document dans cette capitale, a rapporté la télévision locale.

Le compromis, signé au Palais présidentiel, prévoit, entre autres, la participation de l’ONU aux efforts visant à éliminer les restrictions à la commercialisation du blé et des engrais russes sur le marché international.

Le 24 février dernier, le président russe Vladimir Poutine a annoncé le début d’une opération militaire en Ukraine pour « démilitariser » et «dénazifier » ce pays, après quoi l’Occident a lancé une guerre économique contre la Russie avec plus de six mille mesures punitives jusqu’à présent.

La signature de l’accord implique la création d’un couloir sûr pour le départ de navires des ports ukrainiens d’Odessa, de Yuzhni et de Chernomorsk.

La possibilité d’éliminer les mines dans les eaux territoriales ukrainiennes est exclue, car cela prendrait trop de temps, stypule le document, signé en présence du mandataire turc Recep Tayyip Erdogan.

Les navires ukrainiens quitteront leurs ports de la mer Noire par un itinéraire de sécurité convenu, accompagnés de remorqueurs également ukrainiens et des dragueurs de mines peuvent être utilisés pour vérifier l’absence de danger dans ce couloir.

En outre, les opérations seront supervisées par un centre de coordination sous la direction des Nations unies, qui sera établi à Istanbul, avec la participation des quatre parties signataires de l’accord.

La présence de techniques de combat lors des mouvements desdites marchandises est interdite. Ni avions, ni drones, ni vaisseaux de guerre ne pourront s’approcher de ce parcours à une distance prédéterminée par toutes les parties.

Les navires se dirigeant vers les ports ukrainiens seront inspectés par un groupe conjoint qui prévoit la participation de la Russie, de la Turquie, de l’Ukraine et de l’ONU.

Aux points d’embarquement, les inspecteurs de l’Ukraine, de la Turquie et de l’ONU surveilleront les opérations de chargement des navires.

Les incidents éventuels seront réglés par une équipe mixte quadripartite pendant les 120 jours prévus dans l’accord. Ce délai pourra être prorogé si les parties en décident ainsi.

peo/mv/to 

EN CONTINU
notes connexes