samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Cour suprême russe déclare le mouvement ukrainien Azov une organisation terroriste

Moscou, 2 août (Prensa Latina) La Cour suprême de Russie a déclaré mardi que le détachement d’opérations spéciales Azov des forces armées ukrainiennes était une organisation terroriste et a interdit ses activités sur le territoire russe.

« Le bataillon nationaliste Azov sera désigné comme une organisation terroriste, et ses activités en Russie seront interdites », a annoncé le président du tribunal, selon l’agence de presse Spoutnik.

Le jugement, rendu à la demande du bureau du procureur général de Russie, envisage des peines plus sévères pour les membres du bataillon.

Une grande partie de l’audience de la Cour suprême s’est déroulée à huis clos car les documents relatifs à l’affaire étaient classés secrets, mais les journalistes ont pu assister à des témoignages d’experts.

Les experts ont précisé que l’idéologie d’Azov comprenait des éléments de « racisme biologique extrême », des plans de ségrégation raciale dans la sphère juridique, le rejet de la démocratie, de la moralité et du droit international.

Ils ont également insisté sur le fait que les troupes avaient l’habitude d’attaquer les représentants des minorités ethniques et les opposants politiques, d’intimider la communauté russophone d’Ukraine et de procéder à des enlèvements et des actes de torture dans la région du Donbass.

Les représentants de la justice russe ont ajouté que le mouvement ukrainien avait de même commis de nombreux crimes de guerre, notamment le bombardement de zones résidentielles, la torture et le meurtre de civils.

« Il n’y a aucun doute dans mon esprit que chaque membre de l’Azov est un terroriste et un criminel », a résumé l’avis d’expert de Maxim Grigoryev, membre de la Chambre civique russe.

La Cour suprême a précisé que la désignation terroriste est assortie de peines de 10 à 20 ans d’emprisonnement pour la base et de 15 à 20 ans d’emprisonnement pour les organisateurs.

Dans le même temps, les règlements existants exonèrent de toute responsabilité les personnes qui, avant d’être arrêtées et poursuivies, quittent une organisation terroriste désignée.

Le bataillon nationaliste Azov, étant au départ une unité de volontaires d’idéologie néonazie, a intégré la Garde nationale ukrainienne en 2014.

jcc/mv/odf

EN CONTINU
notes connexes