lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie informe l’ONU de l’utilisation de mines antipersonnel par l’Ukraine

Moscou, 2 août (Prensa Latina) La représentation de la Russie auprès des Nations Unies a partagé mardi des données sur l’utilisation d’une munition interdite, les mines antipersonnel Lepestok, par l’armée ukrainienne dans la région du Donbass.

« Nous avons envoyé au secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de sécurité une lettre contenant des informations supplémentaires sur l’utilisation de mines Lepestok par l’Ukraine ayant pour objectif de miner des installations civiles dans le Donbass », a manifesté le chef adjoint de la mission russe auprès de l’instance internationale, Dmitry Poliansky, sur sa chaîne Telegram.

Le diplomate a ajouté que la lettre aurait  été diffusée comme document au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale des Nations unies.

Polianski a expliqué le 29 juillet que le Lepestok avait été particulièrement dangereux pour les enfants. « Il est de la taille d’une main et ressemble à un jouet. Elle mutilerait un adulte, mais tuerait un enfant ».

De plus, le 31 juillet la représentation de la République populaire de Donetsk (RPD) au Centre conjoint de contrôle et de coordination de l’armistice a indiqué sur Telegram que les mines, qui tombent au sol sans exploser et explosent au contact, ont été lancées par des systèmes de lance-roquettes multiples.

Lepestok, une réplique presque identique de la munition nord-américaine BLU-43/B Dragontooth, est une mine antipersonnel télécommandée, détonnée par pression. Il est difficile pour une personne inexpérimentée de l’identifier comme une munition dangereuse en raison de sa forme irrégulière en forme de pétale.

jcc/mem/odf

EN CONTINU
notes connexes