lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Tel Aviv est accusé d’avoir falsifié le dossier de Shireen Abu Aqleh

Tel Aviv, 2 août (Prensa Latina) L’ONG B’Tselem a accusé mardi  le gouvernement israélien de falsifier et de couvrir l’affaire de l’assassinat de la journaliste palestinienne Shireen Abu Aqleh le 11 mai dernier.

Le Centre d’information israélien pour les droits de l’homme dans les territoires occupés (B’Tselem) a vilipendé sur Twitter les déclarations du commandant de l’unité militaire ayant organisé un raid dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le jour où la journaliste y a été tuée.

Dans une interview accordée au quotidien Yedioth Ahronoth, l’officier a déclaré que les informations, vidéos et enregistrements audio disponibles sur l’affaire avaient été mis en lumière.

Cependant, B’Tselem a affirmé que Tel Aviv n’avait rendu publique aucune preuve réelle pour étayer ses accusations de tirs croisés présumés entre soldats et miliciens palestiniens.

Au contraire, les autorités de Tel Aviv s’emploient à enterrer la question, selon le rapport.

À cet égard, il a accusé le commandant de l’unité de mentir lorsqu’il a affirmé que les journalistes palestiniens se trouvaient au milieu d’une fusillade.

Les images vidéo des sept minutes- qui ont précédé la fusillade mortelle- illustrent qu’aucun coup de feu n’avait été tiré depuis l’endroit où ils se trouvaient, a déclaré l’organisation de défense des droits de l’homme.

Au début du mois dernier, B’Tselem a porté plainte contre les résultats d’une enquête du côté étasunien au sujet du meurtre.

Suivant les conclusions et enquêtes publiées à ce jour, les autorités de Tel-Aviv figurent comme les responsables de sa mort.

B’Tselem a affirmé que les enquêtes israéliennes sur la mort de Palestiniens « n’ont jamais été autre chose qu’un spectacle organisé, conçu afin de justifier la poursuite des meurtres sans entrave ».

Le rapport nord-américain a également été fortement contesté par de nombreux dirigeants et partis palestiniens, dénonçant la partialité de Washington dans sa tentative de disculper son allié.

jcc/acl/rob

EN CONTINU
notes connexes