mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Palestine condamne une décision israélienne à l’encontre du gouverneur de Jérusalem-Est

Ramallah, 4 août (Prensa Latina) Le gouvernement palestinien a condamné aujourd’hui la décision d’un tribunal israélien de placer indéfiniment en résidence surveillée le gouverneur de Jérusalem-Est, Adnan Ghaith, un fait qu’il considère comme un crime et une violation des normes internationales.

La décision du Tribunal de district de l’occupation israélienne viole les accords internationaux relatifs aux droits de l’Homme, a déclaré la présidence palestinienne dans un communiqué.

Le Premier ministre Mohammad Shtayyeh a également dénoncé cette condamnation et a averti qu’elle représentait « une entrave au travail et aux devoirs du gouverneur dans la prestation de services aux Palestiniens dans la ville occupée ».

Shtayyed a accusé l’État voisin d’essayer de judaïser la métropole pour en changer son identité arabe

Le Ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a fait une déclaration similaire. Sa détention fait partie « de la persécution du peuple palestinien à Jérusalem », a souligné le texte.

Ghaith, qui a été arrêté lundi à son domicile dans le quartier de Silwan à Jérusalem, a été libéré cet après-midi pour une assignation à résidence indéfinie jusqu’à son procès.

Le fonctionnaire, qui a également dû payer une caution de 25 000 séquelles (environ 7 500 dollars), est accusé d’avoir violé un ordre lui interdisant d’entrer en Cisjordanie.

Depuis qu’il a pris ses fonctions en 2018, Ghaith a été arrêté plus de 30 fois par les autorités israéliennes, qui lui interdisent de se rendre en Cisjordanie et d’entrer en contact avec tout dirigeant palestinien.

Tel-Aviv interdit à l’Autorité nationale palestinienne toute activité politique ou sociale à Jérusalem-Est en affirmant qu’il s’agit d’un territoire israélien, ce que rejettent la communauté internationale et l’ONU, qui considèrent cette zone comme un territoire occupé.

Israël a occupé la partie orientale de la métropole pendant la guerre de 1967, et maintient depuis lors son contrôle sur ce territoire en dépit des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Selon diverses organisations non gouvernementales, quelque 200 000 colons israéliens vivent à Jérusalem-Est et plus de 490 000 dans le reste de la Cisjordanie occupée.

peo/jcm/rob 

 
EN CONTINU
notes connexes