mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU déplore l’expulsion de son porte-parole au Congo démocratique

Kinshasa, 4 août (Prensa Latina) La Mission de Stabilisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo (Monusco) a déploré aujourd’hui la décision du gouvernement de Kinshasa d’expulser son porte-parole de ce pays, suite à des protestations contre l’organisme de l’ONU.

Après avoir profondément déploré l’expulsion du porte-parole, Mathias Hillmann, la Monusco a diffusé sur les réseaux sociaux que, néanmoins, cette entité, composée de forces de paix, maintient son engagement à poursuivre son travail aux côtés de la population et des autorités congolaises.

La Monusco et les forces armées du Congo démocratique combattent ensemble le groupe insurgé Mouvement du 23 mars et d’autres groupes rebelles qui opèrent à l’est du pays.

Arguant du motif de l’expulsion de Hillmann de ce territoire, le ministre congolais des Affaires étrangères, Cristophe Lutundula, a expliqué que la présence de ce fonctionnaire érode le climat de confiance qui doit exister entre le gouvernement national et la Monusco.

Il a également estimé que les tensions entre la population locale et l’ONU ont été récemment attisées par des déclarations peu délicates d’un représentant des forces de maintien de la paix mandaté par le Conseil de Sécurité de l’ONU, qu’il n’a pas détaillées.

La semaine dernière, au Congo démocratique, des manifestations massives à l’encontre de la Monusco ont fait 36 morts et des dizaines de blessés, pour la plupart des civils, selon des données officielles.

Les mobilisations populaires se sont intensifiées dans ce pays après que les forces de maintien de la paix de l’ONU aient abattu trois personnes à Kasindi, poste frontière avec l’Ouganda, selon le portail Africa News.

peo/mv/obf 

EN CONTINU
notes connexes