mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Colombie aura comme vice-présidente une éminente combattante sociale

Bogota, 5 août (Prensa Latina) Francia Márquez, symbole de la résistance et de la lutte pour les droits humains et environnementaux en Colombie, sera la nouvelle vice-présidente du pays à partir de dimanche prochain.

Dimanche, une femme noire d’origine modeste, défenseure des rivières, des territoires ancestraux et des communautés afro-descendantes face aux activités minières légales et illégales qui affectent le territoire colombien, occupera le deuxième siège du gouvernement.

Lauréate du prix Goldman pour l’environnement en 2018 – connu sous le nom de prix Nobel de l’environnement – et d’autres recompenses pour son travail de militante, Francia assure qu’elle travaillerait en faveur des personnes oubliées de Colombie.

Francia Márquez Mina est née en 1982. Elle est devenue mère à l’âge de 16 ans, ce qui ne l’a pas empêchée de lutter contre la tentative de détournement de la rivière Ovejas vers un barrage, compte tenu de la perte imminente d’eau pour les cultures de subsistance.

Son prompt combat a été contre l’extractivisme minier des grandes entreprises transnationales, les déplacements forcés et les paramilitaires.

Au début des années 2000, elle a commencé à étudier le droit à l’université de Santiago de Cali afin de pouvoir travailler avec plus d’outils pour sa communauté. C’est ainsi qu’elle a obtenu, entre autres, que La Toma soit reconnue comme une communauté afro-descendante ayant droit à son territoire, où les titres miniers d’exploitation ont été suspendus.

Elle a reçu des menaces de mort de la part de groupes illégaux tels que Las Águilas Negras et Los Rastrojos en raison de son combat contre les atteintes à l’environnement.

Francia Márquez a réussi à porter cette situation à l’attention du haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme en Colombie. Et un accord a été signé pour mettre fin à l’exploitation illégale de l’or sur ses terres natales.

Elle a également organisé la mobilisation des Femmes noires pour le soin de la vie et des territoires ancestraux ou La Marche des Turbans, qui a débuté le 17 novembre 2014, du village de La Toma (Suárez, Cauca) à Bogota, avec environ 80 femmes, pour exiger du gouvernement la titularisation collective de leurs terres.

Ils ont exigé que le gouvernement se conforme aux exigences d’un arrêt de la Cour constitutionnelle qui protège les territoires ancestraux créés par les ancêtres des communautés noires de cette région au début du XVIIe siècle.

Après 22 jours de protestation dans la capitale colombienne et une assemblée permanente au sein du ministère de l’intérieur, un accord a été signé.

Márquez a dû quitter le territoire avec ses deux enfants, menacée et identifiée comme une cible militaire des groupes armés illégaux, mais malgré cela elle n’a jamais cessé de travailler et de dénoncer la violation des droits des communautés ancestrales noires et la nécessaire préservation de l’environnement.

En 2014, elle a participé à la cinquième délégation de victimes à La Havane, dans le cadre des négociations de paix entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie de l’époque, où elle a exposé la victimisation des communautés noires face aux mégaprojets miniers des multinationales, les impacts du conflit armé sur les femmes et les hommes des communautés afro-colombiennes, indigènes et paysannes.

Elle a reçu la catégorie Défenseur de l’année du Prix national pour la défense des droits de l’homme en Colombie en 2015 pour avoir été une « formidable leader de la communauté afro-colombienne ».

Lors des élections législatives de mars 2018, elle a été candidate à la chambre des communautés afro-descendantes pour le parti Consejo Comunitario Yurumanguí, soutenu par le collectif politique Colombia Humana, et elle a obtenu plus de 14 000 voix, bien qu’elles n’aient pas été suffisantes pour le poste.

En outre, elle a été victime d’une agression le 4 mai 2018 à Santander de Quilichao, une municipalité colombienne située dans le nord du département du Cauca, dans le cadre de réunions qui se tenaient avec l’Association des conseils communautaires du Nord du Cauca.

Deux de ses gardes du corps et un collègue ont été blessés, elle a survécu et a continué à travailler pour la dignité, la justice et l’égalité.

En 2019, elle a remporté le prix Joan Alsina des droits de l’homme pour son combat permanent pour la défense de l’environnement et des droits des communautés.

Lors des élections législatives du 13 mars, où des consultations interpartis ont également eu lieu, Gustavo Petro a été élu candidat présidentiel du Pacte historique, qui a désigné la militante écologiste Francia Márquez comme colistière.

Le 19 juin, Petro et Francia ont remporté les élections avec plus de 11 millions de voix.

Gustavo Petro, du Pacte historique, une force progressiste et de gauche en Colombie, assumera dimanche prochain la présidence du pays. Son investiture est considérée sans précédent dans un pays qui a été gouverné par des forces conservatrices depuis 200 ans.

jcc/mem/otf

EN CONTINU
notes connexes