samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Petro est le premier président des forces alternatives en Colombie

Bogotá, 8 août (Prensa Latina) Devant des milliers de personnes, dans un acte historique, Gustavo Petro est devenu le premier président des forces progressistes et de gauche en Colombie.

 

« Ici c’est comme dans le parcours de mon existence, le peuple. Les mains humbles du travailleur, voici les paysans et ceux qui balayent les rues », a déclaré Petro après avoir mentionné ses parents, son fils et sa femme qui sont essentiels dans sa vie, également sur le plan politique.

«Voici les cœurs de travail, les illusions de ceux qui souffrent, voici les travailleuses qui m’ont embrassée quand je décline, quand je me sens faible, l’amour du peuple, du peuple qui souffre et qui est exclu, c’est ce qui me maintient débout  pour unir et construire une nation », a-t-il exprimé.

La cérémonie de investiture a été une grande fête du peuple caractérisée par une explosion de culture, des expressions artistiques des plus diverses territoires de ce pays pluriethnique, dans les rues et dans des espaces publiques près de la Place de Bolívar, dans cette capitale, théâtre de la prestation de serment.

Petro a également salué les chefs d’État présents à ce jour de transcendance pour l’histoire du peuple colombien.

Après avoir prêté serment en tant que président de la Colombie, il a fait prêter serment à sa vice-présidente Francia Márquez, mais à ce moment-là, il a demandé d’apporter l’épée de Bolívar à la cérémonie, que l’ancien président Iván Duque avait refusé de remettre pour la cérémonie.

«En tant que président de la Colombie, je demande à la maison militaire d’apporter l’épée de Bolívar. C’est l’ordre du mandat populaire de ce président. La maison militaire apporte l’épée de Bolívar », était le premier ordre de Petro en tant que dirigeant.

Quelques minutes plus tard, escortée par les gardes paysans et présidentiels, l’épée d’El Libertador est entrée sur la scène de la passation de pouvoir.

Petro a pour sa part prononcé un discours mémorable dans lequel il a dénoncé son décalogue et les engagements de son gouvernement.

Paix, unité, développement, lutte contre la corruption, nouvelle politique anti-drogue, intégration, défense de l’environnement, dialogue, sécurité, inclusion, entre autres, ont été les sujets abordés par le nouveau président dans son discours.

« Aujourd’hui commence la Colombie du possible. Nous sommes ici contre toute probabilité, contre une histoire qui disait que nous n’allions jamais gouverner, contre l’habitude, contre ceux qui ne voulaient pas lâcher le pouvoir. Mais nous l’avons fait », a souligné le président.

Après son discours, dans un autre acte protocolaire, Petro et sa famille, accompagnés d’officiers militaires de haut rang, se sont rendus à la Maison de Nariño, résidence et lieu de travail du président, où le dirigeant Iván Duque l’a attendu avant de partir.

Avec des sifflets, des cris de « dehors Duque », l’ancien président  qui a passé quatre ans à la tête du siège du gouvernement a quitté une période considérée comme celle des   reculs en termes de paix et de sécurité, entre autres aspects.

Ce jour-là, le nouveau chef d’État a fait prêter serment aux membres de son cabinet afin d’entamer officiellement son gouvernement.

jcc/livp/jf/otf

 
EN CONTINU
notes connexes