lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Prensa Latina propose en Chine de créer des alliances contre la désinformation

Xi’an, Chine, 9 août (Prensa Latina) L’agence de presse latino-américaine Prensa Latina a proposé aujourd’hui aux participants du Forum de coopération des médias 2022, qui s’est ouvert en Chine, de lutter contre la désinformation par le biais de nouvelles alliances, du travail en réseau et de l’échange d’informations précises et certifiées.

S’exprimant lors de l’événement par liaison vidéo depuis Cuba, le président de cette agence, Luis Enrique González, a déclaré que cela permettrait également d’éviter les « fake news » à une époque de grande préoccupation pour l’humanité, où le travail, la durabilité et la crédibilité des organisations journalistiques font face à d’énormes défis.

« Les médias sont appelés à devenir des ponts de civilisation et à atteindre une connectivité plus profonde, comme le propose l’Initiative mondiale pour le développement », a-t-il déclaré.

Il a indiqué que ce mécanisme, proposé par le président chinois Xi Jinping, peut également servir à créer des synergies dans les domaines prioritaires du secteur et à répondre aux besoins de ce dernier dans tous les pays.

González a présenté l’expérience de Prensa Latina (PL), qui a élargi son offre de communication à ses publics en établissant des alliances avec près de 150 entités dans le monde, y compris des agences de presse, des chaînes de télévision, des stations de radio et des journaux imprimés.

« Nous avons progressé dans cette expérience, mais nous devons consolider les accords et les conventions, surtout pour rendre la coopération et la solidarité efficaces. Nous sommes prêts à offrir différents services aux médias du monde entier, sur la base de l’échange et du bénéfice mutuel, avec le principe d’être toujours au service de la vérité », a-t-il manifesté.

Il a rappelé que PL, fondée en 1959, est la première institution de presse alternative latino-américaine de portée internationale et la principale agence de presse autochtone de toute l’Amérique latine et des Caraïbes, et qu’elle dispose aujourd’hui de correspondants dans 50 pays.

Il a mis  en valeur le travail des reporters à l’étranger malgré l’impact de la Covid-19 et leur couverture d’événements tels que les efforts des brigades médicales cubaines dans 60 États, le développement de cinq vaccins sur l’île des Caraïbes et leur application à presque tous ses habitants.

Le président de PL a révélé que ces dernières années, le site web de l’agence (www.prensa-latina.cu) est devenu celui qui a le plus important trafic internet à Cuba et le mieux placé des sites de l’île dans le classement universel sur le web.

Néanmoins, il a insisté  sur l’importance de se transformer en une organisation multimédia face à des défis constants tels que la créativité et l’ingéniosité, l’adaptation aux nouveaux codes de communication et la circulation de l’information.

De même, il a dénoncé les difficultés de Prensa Latina dans le domaine technologique, ayant son siège à Cuba et devant donc faire face aux mesures du blocus nord-américain, notamment la fermeture des comptes bancaires des correspondants dans de nombreux pays, et ce en raison des pressions exercées par les États-Unis et de l’effet extraterritorial de leurs sanctions.

Sur ce point, il a condamné le fait que les autorités nord-américaines n’ont toujours pas accordé de visas aux correspondants de PL à New York auprès de l’Organisation des Nations Unies et à Washington, après plus de deux ans d’attente.

D’autre part, González a assuré que l’agence s’inspire des expériences de nombreux médias présents au Forum, tels que Xinhua et le Quotidien du Peuple, tout en se projetant dans l’avenir grâce à la pratique et au talent de ses professionnels et techniciens.

« Je pense que, comme l’a proposé le président chinois Xi Jinping, l’initiative mondiale pour le développement peut aider le secteur des médias à s’engager dans une nouvelle phase de croissance équilibrée, coordonnée et inclusive, mais aussi ouvrir la voie à une coopération plus large pour surmonter les défis laissés par la pandémie de Covid-19 », a-t-il manifesté.

peo/ssa/rgh/ymr

EN CONTINU
notes connexes