mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des personnalités demandent à Biden de mettre fin au blocus contre Cuba

Washington, 10 août (Prensa Latina) Des artistes, des intellectuels, des politiciens, des scientifiques, des militants et des chefs religieux ont envoyé mercredi une lettre au président des États-Unis, Joe Biden, dans le but d’exiger la fin du blocus contre Cuba, dans le pénible contexte de l’incendie dévastateur des dépôts de carburant.

« Les sanctions jettent de l’huile sur le feu », affirment les signataires de la lettre, parmi lesquels figurent l’intellectuel Noam Chomsky, le politicien britannique Jeremy Corbyn, le musicien Roger Waters, la philosophe Judith Butler et l’afro-américain Cornel West, connu pour son combat en faveur des droits de l’homme.

Par ce biais, les personnalités engagées ont lancé un appel public urgent en refus des fortes politiques mises en œuvre par l’administration de Donald Trump (2017-2021) qui portent atteinte au peuple de Cuba.

L’incident survenu dans la zone industrielle de Matanzas, à 100 kilomètres de La Havane, est le plus important que Cuba ait jamais connu, et cela à un moment où l’île traverse une crise énergétique qui s’aggravera encore par la suite, précise la lettre.

En plus, « les ressources que le gouvernement sera contraint de consacrer à l’intervention en cas de catastrophe entraîneraient des effets négatifs sur le bien-être général des Cubains,  victimes des plus de 200 mesures coercitives imposées par Trump qui sont toujours en vigueur ».

Dans le message adressé à Biden, on affirme que malgré des mots de condoléances et l’offre de conseils techniques, le gouvernement étasunien n’avait pas fait grand-chose pour aider le peuple cubain au moment où il en avait le plus besoin.

Même si l’ambassade des États-Unis à La Havane a précisé que la loi acceptait des entités et des organisations nord-américaines le fournissement des secours et des interventions en cas de catastrophe, les mesures de l’ère Trump entravaient incontournablement l’aide urgente.

Il est inadmissible, surtout pendant un accident comme celui-ci, de bloquer les envois de fonds et l’utilisation par Cuba des institutions financières mondiales qui sont nécessaires pour importer des aliments et des médicaments, exprime la lettre parue sur Let Cuba Live.

Pour cette raison, on demande à Washington de lever toutes les sanctions qui empêchent Cuba de recevoir, directement ou indirectement, une aide médicale, humanitaire, environnementale ou financière, y compris la demande d’effacer Cuba de la liste des États qui parrainent le terrorisme.

Jusqu’à présent, près de 30 personnalités ont signé le document en solidarité avec la nation caribéenne, dont les habitants ont été victimes depuis le vendredi 5 août des conséquences d’une décharge électrique qui a touché un dépôt pétrolier.

Les forces combinées du ministère de l’Intérieur, des Forces armées révolutionnaires, de l’entreprise CubaPetróleo et de l’Institut des ressources hydrauliques, ainsi que des spécialistes mexicains et vénézuéliens, travaillent intensivement pour éteindre l’incendie qu’on a réussi a contrôler.

Selon les autorités, le gouvernement cubain n’a refusé aucune aide pour lutter contre les flammes, mais « les campagnes visant à instiller la haine et le discrédit à l’encontre du pays ne cessent pas ».

jcc/mem/avr

EN CONTINU
notes connexes