jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des collaborateurs afghans dénoncent l’abandon du gouvernement britannique

Londres, 16 août (Prensa Latina) Les Afghans qui ont collaboré avec les institutions britanniques pendant l’occupation de de leur pays par la coalition internationale ont accusé aujourd’hui le Royaume-Uni de les avoir abandonnés à leur sort après le retour des talibans l’année dernière.

Dans des déclarations publiées mardi par la BBC, deux de ces collaborateurs ont affirmé que leurs vies et celles de leurs familles sont en danger car le groupe islamique les accuse d’être des espions au service d’un gouvernement étranger.

Bien que leurs noms aient été modifiés et que leurs visages n’aient pas été montrés, la chaîne de télévision a enregistré les témoignages d’un homme et d’une femme afghans qui travaillaient comme professeurs d’anglais.

D’après la BBC, plus d’une centaine de professeurs qui ont été engagés par le British Council pour enseigner l’anglais et les coutumes et traditions britanniques se trouvent dans la même situation que « Ammar » et « Nooria ».

Elle rapporte également le cas de « Jaffer », qui travaillait pour une société britannique mettant en œuvre des projets de développement en Afghanistan, et qui a reçu des menaces de mort avant même que les talibans ne reprennent le pouvoir en août de l’année dernière.

La chaîne de télévision a affirmé avoir parlé à au moins plusieurs autres personnes qui ont également travaillé avec le gouvernement du Royaume-Uni, y compris un interprète qui était en première ligne avec les troupes britanniques.

Tous ont exprimé se sentir trahis par des personnes pour lesquelles ils avaient risqué leurs vies, selon la BBC.

Le gouvernement britannique affirme avoir évacué plus de 15 000 personnes d’Afghanistan en deux semaines seulement, mais les critiques affirment que des centaines de collaborateurs des troupes britanniques ont été laissés à la merci du groupe islamiste.

En mai dernier, la commission des Affaires étrangères du Parlement britannique a qualifié le retrait du Royaume-Uni de ce pays d’Asie centrale de désastreux et de trahison envers ses alliés.

Le dernier soldat britannique a quitté l’Afghanistan à la fin du mois d’août 2021, dans le cadre d’un accord conclu par le président nord-américain de l’époque, Donald Trump, avec les talibans pour retirer les troupes étrangères qui ont envahi le pays d’Asie centrale après les attaques terroristes du 11 septembre 2001.

peo/ssa/mv/nm

EN CONTINU
notes connexes