mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’installation de stockage des déchets nucléaires usés, la zone la plus dangereuse de Zaporozhie

Moscou, 17 août (Prensa Latina) Vladimir Kuznetsov, ancien chef de l’inspection de la radioprotection du Gosatomnadzor en Union soviétique, a confirmé mercredi que l’installation la plus dangereuse de la centrale nucléaire de Zaporozhie était l’installation de stockage du combustible nucléaire usé.

En cas d’attaque au lance-roquettes multiple ukrainien contre le dépôt de déchets, qui stockerait environ 380 conteneurs en fin de vie et qui se trouve à un tiers de sa capacité, si le missile frappe le conteneur, il « sera complètement détruit », a déclaré l’ancien officier militaire soviétique à RT.

Kuznetsov a rajouté que si la zone de la centrale atomique était touchée par des missiles, cela provoquerait une catastrophe, dans laquelle au moins neuf pays seraient touchés, en plus de l’Ukraine.

« Beaucoup de choses n’étaient pas claires pour moi au moment où cette zone a été mise en service », a affirmé l’ancien fonctionnaire. « Pourquoi un toit n’a-t-il pas été monté pour couvrir l’ensemble de l’espace de stockage avec les conteneurs dans lesquels le combustible nucléaire usé est contenu ? », a-t-il interrogé.

Il a également mis en valeur qu’à cause du fait que les roquettes multiples étaient lancées par séries de 16, ce n’était pas un seul mais un groupe de ces conteneurs de stockage de combustible nucléaire usé qui serait endommagé.

Il a noté que cela entraînerait un rejet de radioactivité dans l’environnement, ainsi qu’un incendie, tout en notant qu’il n’était pas possible d’envisager où le vent pourrait envoyer les produits de l’incendie.

Kuznetsov a dit en outre qu’en cas de destruction d’un groupe d’installations de stockage, 20 à 30 d’entre elles, la radioactivité toucherait environ neuf nations, dont la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la République tchèque, la Pologne, plusieurs pays baltes et, bien sûr, le territoire de l’Ukraine occidentale.

Dimanche, l’UE a exhorté la Russie à retirer immédiatement ses forces militaires de la centrale et de l’Ukraine dans son ensemble, tout en accusant Moscou d’empêcher que la « sécurité nucléaire et radiologique » soit « respectée » dans la centrale.

Le ministère russe des affaires étrangères a démenti les accusations de Bruxelles en réaffirmant que les attaques contre l’installation atomique étaient menées par des formations ukrainiennes « sous les ordres de Kiev ».

jcc/mgt/odf

EN CONTINU
notes connexes