lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un ancien président colombien souligne la nécessité de renforcer la Celac

Buenos Aires, 20 août (Prensa Latina) L’ancien président colombien Ernesto Samper a assuré dans la capitale argentine que le renforcement et l’institutionnalisation de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac) sont plus que jamais nécessaires .

Dans des déclarations à Prensa Latina, l’avocat, économiste et homme politique a considéré la victoire de Luiz Inácio Lula da Silva lors des prochaines élections présidentielles au Brésil comme essentielle pour relancer ce mécanisme d’intégration régionale.

Sans aucun doute, il est indispensable que Lula gagne pour que la coopération et l’unité puissent être réactivées, a-t-il signalé.

Il a également affirmé que d’ici la fin de l’année, pour le sommet des chefs d’État de la Celac, il pourrait y avoir des annonces sur le processus d’institutionnalisation de cet organisme, le seul qui comprend tous les pays de la région.

Samper a participé jeudi à un séminaire international de cette entité à Buenos Aires auquel ont assisté les présidents et leaders d’une trentaine de nations.

S’exprimant lors de la rencontre, il a plaidé pour que la Celac dispose d’un soutien technique, d’un financement et de sa propre structure lui permettant de représenter ses membres et de prendre des décisions conjointes.

Nous devons réactiver l’Union des nations sud-américaines et atteindre une synchronisation, ainsi qu’avec d’autres mécanismes sous régionaux. Nous avons besoin d’une Celac émancipée, avec un secrétariat général, qui agisse comme le ministère des Affaires étrangères de l’Amérique latine et qui soit capable de développer des agendas sectoriels en interne, a-t-il expliqué.

Dans le contexte actuel, nous avons besoin d’être représentés, intégrés et de répondre pour l’Amérique latine. Nous espérons relancer la Celac cette année, a-t-il manifesté.

D’autre part, il a souligné la décision du nouveau président colombien, Gustavo Petro, de reprendre les engagements pour une négociation avec l’Armée de libération nationale (ELN) pour la paix dans son pays.

Nous remercions des pays comme Cuba et la Norvège qui ont réitéré leur volonté de continuer à accompagner le processus de paix en Colombie, a-t-il noté.

peo/livp/jha/gas

EN CONTINU
notes connexes