vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les principaux secteurs boliviens confirment leur soutien au Gouvernement

La Paz, 25 août (Prensa Latina) Une concentration estimée à un million de Boliviens représentatifs des secteurs ouvrier, paysan, agricole, industriel et social, y compris les 36 nations indigènes, a confirmé aujourd’hui le soutien populaire au gouvernement en place.

La Confédération Générale des Travailleurs Manufacturiers est présente pour défendre la démocratie et la stabilité économique du pays, a affirmé son secrétaire général, Mario Segundo.

Le secteur manufacturier ne permettra jamais à la droite et aux capitalistes de déstabiliser l’économie, a déclaré Segundo lors de la mobilisation de soutien aux politiques sociales et économiques du président Luis Arce.

Les leaders du gouvernement, le président Arce et le vice-président David Choquehuanca, ont protégé les droits des travailleurs, tandis que l’administration de facto de Jeanine Añez a mis au chômage environ cinq mille personnes.

Les nombreux syndicalistes présents ont pour leur part averti qu’ils ne permettraient pas à la droite de se réassembler pour s’emparer des ressources naturelles du pays.

« Nous devons être unis parce que la droite politique s’organise pour reprendre nos ressources naturelles. Nous devons être vigilants car le capitalisme, les gringos, veulent prendre le pouvoir et nous ne le permettrons pas », a  notamment déclaré le leader syndical Juan Carlos Garcia.

Nous sommes plus unis que jamais, a-t-il affirmé, pour soutenir la relance du pays. Cette marche massive est un fait historique, car elle soutient un gouvernement légalement constitué, qui travaille maintenant plus que jamais à reconstruire l’économie, a-t-il manifesté.

Pour sa part, le président de la Fédération nationale des coopératives minières de Bolivie, Octavio Ramos, a exprimé le soutien de cette branche à l’exécutif et a déclaré qu’il ne permettrait pas la division de la Bolivie.

Le secrétaire exécutif de la Confédération syndicale des travailleurs du bâtiment, Valerio Ayaviri, a lui aussi déclaré que son secteur défendrait la démocratie et ne permettrait pas à la droite politique de déstabiliser le gouvernement élu.

Les représentants des 36 peuples autochtones ont également exprimé leur position de défense de la démocratie et de l’économie.

peo/jcm/apb 

EN CONTINU
notes connexes