jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Japon envisage un fonds pour les pêcheurs suite au déversement d’eaux radioactives

Tokyo, 30 août (Prensa Latina) Le Japon a annoncé aujourd’hui qu’il étudiait la création d’un nouveau fonds de soutien aux pêcheurs nationaux suite au déversement dans la mer des eaux radioactives accumulées dans la centrale nucléaire de Fukushima 1.

Le ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Yasutoshi Nishimura, a déclaré lors d’une conférence de presse que cette mesure contribuera à construire une industrie de la pêche durable, notamment en réponse aux préoccupations du secteur concernant les dommages à la réputation de leurs produits qui peuvent être causés par le rejet des eaux traitées.

L’aide supplémentaire s’ajouterait à un autre budget de 30 milliards de yens (environ 217 millions de dollars) approuvé par le gouvernement en 2021 pour financer des actions d’urgence, comme l’achat de produits de la pêche drastiquement dévalués depuis l’accident nucléaire de 2011.

L’annonce de Nishimura a eu lieu peu de temps après une réunion du Cabinet au cours de laquelle un plan d’action a été discuté pour lutter contre les rumeurs nuisibles associées au déversement que la Compagnie Électrique de Tokyo (Tepco) débutera en 2023, a souligné la presse nationale.

Les initiatives proposées comprennent des annonces d’intérêt public pour la télévision et l’Internet, ainsi que la création d’un forum d’échange avec de petits groupes de pêcheurs et de résidents locaux afin de sensibiliser les différents acteurs impliqués dans la sécurité du processus de déversement.

En outre, Tepco devra publier avant le début des opérations les normes d’indemnisation en cas d’atteinte à la réputation des produits locaux.

Après la catastrophe nucléaire, l’eau utilisée pour refroidir les réacteurs fondus de Fukushima 1 a été accumulée dans des conteneurs à l’intérieur du complexe et mélangée avec de l’eau de pluie et des eaux souterraines contaminées.

L’Autorité de réglementation nucléaire a approuvé le plan de Tepco selon lequel l’eau exempte de radionucléides à l’exception du tritium sera diluée à 40 % avec de l’eau de mer et déversée dans l’océan à un kilomètre de la centrale électrique via un pipeline sous-marin.

peo/livp/acl/lcp

EN CONTINU
notes connexes