lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Mexique embauchera encore des médecins cubains

Mexico, 9 septembre (Prensa Latina) Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a communiqué vendredi son intention de continuer à embaucher des médecins spécialistes cubains et a remercié le gouvernement cubain d’avoir aidé les efforts de son pays en matière de santé.

Lors de sa conférence de presse matinale depuis l’État de Zacatecas, le président a expliqué que la décision d’engager des médecins cubains « est due au fait que son gouvernement s’est engagé à faire en sorte qu’il n’y ait pas de pénurie de médecins et de médicaments ».

Il a insisté sur le fait que ce manque de professionnels de la santé s’avérait l’héritage laissé au pays par les néolibéraux, « les fruits pourris d’un système néfaste », et que « nous n’ayons pas ces spécialistes dans notre pays est en raison de la politique de privatisation menée sur place », a-t-il dit.

« Ce sont des héritages, en dehors de nombreux autres malheurs laissés par le modèle néolibéral, dont nous souffrons toujours ».

Le président a ajouté qu' »il est tout à fait compréhensible, même s’il règne un désaccord entre nous, que ceux ayant tiré parti du régime néolibéral de corruption le soutiennent. Néanmoins, quoique cela puisse paraître bizarre, il y a ceux qui ont été lésés par ce régime et qui continuent pourtant à soutenir les corrompus ».

Heureusement, c’est le cas d’une minorité car la majorité ont ouvert les yeux. Il y a même une prise de conscience au sein de la population et les gens ne se laissent pas manipuler par les médias conventionnels, a-t-il remarqué faisant mention de la campagne contre l’embauche de spécialistes étrangers.

« Or le pays est en train de changer, nous sommes en train de le transformer malgré la pandémie (de Covid-19), la crise économique, l’inflation, les facteurs externes qui ne sont pas générés au Mexique comme auparavant, lorsque les anciens présidents Carlos Salinas et Ernesto Zedillo exerçaient leurs fonctions au moment où l’économie nationale s’est effondrée, le peso a été dévalué, l’inflation a augmenté et le pays et le peuple se sont endettés ».

Maintenant, il y a une bonne politique interne et les gens sont fraternels, solidaires et ont montré leur vocation pour le travail et l’amour des autres. 

jcc/mgt/lma

EN CONTINU
notes connexes