mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président serbe met en garde contre le risque d’affrontements au Kosovo

Belgrade, 13 septembre (Prensa Latina) Le danger d’un conflit militaire au Kosovo en raison des mesures unilatérales de Pristina est proche et grave, a averti aujourd’hui le président serbe Aleksandar Vucic lors d’une réunion spéciale de l’Assemblée (parlement).

Nous sommes à un moment où la Serbie, en raison des agissements de Pristina, est confrontée à des défis majeurs en matière de sécurité, a indiqué le mandataire cité par la télévision dans cette capitale.

D’après Vucic, la présence des forces spéciales de la police dans le nord du Kosovo et Metohija a augmenté et leurs postes renforcés.

Vucic a noté que les représentants des Serbes du Kosovo pouvaient confirmer ses déclarations.

Dans le même temps, Belgrade reste attaché au dialogue, a souligné le président.

Au cours de la journée, l’Assemblée serbe a tenu une séance spéciale consacrée à la situation au Kosovo, dans un contexte de pressions occidentales, de demandes de concessions et d’exigences concernant la reconnaissance de la république autoproclamée du Kosovo.

Lors d’une réunion du Conseil national de sécurité samedi dernier, Vucic a révélé que Pristina, contrairement aux accords précédemment signés, construisait des bases pour les forces spéciales albanaises du Kosovo dans le nord de cette province à population serbe.

Il s’est également dit préoccupé par les livraisons d’équipements, de technologies et d’armes annoncées par le Département d’État des États-Unis pour le Kosovo, ainsi que pour les pays de la région.

Belgrade et Pristina, sous la médiation de l’UE, sont parvenus à un compromis le 27 août au sujet de la sortie et de l’entrée des Serbes et des Albanais en provenance de Serbie centrale au Kosovo et Metohija avec des cartes d’identité serbes et albanaises du Kosovo.

Par ailleurs, des précisions ont été apportées sur le fait que l’utilisation de documents émis par Pristina n’a lieu que pour des raisons pratiques visant à fluidifier la situation et ne peut être interprétée comme une reconnaissance par Belgrade de l’indépendance du Kosovo.

À Pristina, les Serbes de la région doivent réenregistrer avant le 31 octobre les voitures dont les plaques d’immatriculation délivrées par les autorités serbes comportent les lettres « KM », pour les remplacer par des plaques portant les symboles RKS du Kosovo.

Selon Belgrade, au 10 septembre, seules deux personnes ont accepté de réenregistrer les plaques d’immatriculation émises par les autorités du Kosovo.

peo/ssa/mem/amp

EN CONTINU
notes connexes