vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Entrée en vigueur d’une loi interdisant la plupart des avortements dans l’Indiana, États-Unis

Washington, 17 septembre (Prensa Latina) Une loi est entré en vigueur jeudi dernier dans l’Indiana, aux États-Unis, pour interdire la plupart des avortements, avec quelques exceptions liées au viol, à l’inceste et à certaines complications et urgences médicales graves.

La loi a été adoptée par la législature de l’État au début du mois dernier lors d’une session spéciale, peu après que la Cour suprême, à majorité conservatrice, ait décidé d’annuler l’arrêt Roe v. Wade de 1973 et de retirer ainsi la protection de l’interruption volontaire de grossesse dans tout le pays.

Le gouverneur de l’Indiana, le républicain Eric Holcomb, a émis une déclaration après l’approbation du projet de loi dans laquelle il a assuré qu’il le signerait dans le cadre d’une promesse faite « de soutenir une législation qui fait avancer la protection de la vie ».

À compter d’aujourd’hui, les prestataires de ces procédures dans l’État n’ont plus le droit de les proposer, sauf dans les cas autorisés.

Néanmoins, certains centres, comme la clinique de South Bend, ont déclaré qu’ils maintiendraient leurs activités afin de « soutenir toutes celle qui cherchent des services d’avortement », et qu’ils poursuivraient leur activisme « pour faire reculer les comportements cruels et injustes ».

Les groupes de défense des droits reproductifs tels que l’ACLU et Planned Parenthood contestent la nouvelle loi devant les tribunaux de l’État, et une audience a été programmée pour le 19 septembre.

D’après Tamarra Wieder, directrice régionale de Planned Parenthood, l’interdiction touchera également les femmes souhaitant avorter du Kentucky qui devront désormais se rendre jusqu’en Illinois parce que leur État d’origine interdit l’avortement.

Par ailleurs, mardi dernier, le sénateur Lindsey Graham, républicain de Caroline du Sud, a présenté un projet de loi visant à interdire les avortements après 15 semaines de grossesse dans tous les États-Unis.

La proposition prévoit une peine de prison possible de cinq ans pour tout prestataire qui enfreindrait la loi.

peo/ssa/jf/ifs

EN CONTINU
notes connexes