jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement et les dissidents des anciennes FARC-EP envisagent un dialogue de paix en Colombie

Bogota, 18 septembre (Prensa Latina) Des délégués du gouvernement colombien et des membres du dénommé État-major central des dissidents des anciennes FARC-EP ont tenu une réunion pour évaluer la possibilité d’entamer des dialogues de paix. 

Dans un communiqué conjoint, ils ont précisé que la rencontre a eu lieu dans le département du Caqueté avec l’accompagnement du représentant de la Mission de Vérification de l’ONU en Colombie et un autre du gouvernement de la Norvège.

Selon le document, ils ont exprimé la volonté et la nécessité que ces dialogues se déroulent dans le cadre d’un cessez-le-feu bilatéral, dont la mise en œuvre devra être vérifiée.

Le haut commissaire pour la paix, Danilo Rueda, a expliqué lors de la rencontre le concept de la politique de Paix Totale du nouveau président Gustavo Petro, le cadre constitutionnel et juridique, et l’approche territoriale de celle-ci, les critères de construction de la confiance, ainsi que les budgets pour le dialogue. 

«Une question centrale dans la réponse du gouvernement à la paix totale sont les revendications citoyennes substantielles contraignantes et les droits qui doivent être garantis pour passer à l’État de droit social et environnemental», note le texte.

Pour leur part, les délégués de l’insurrection ont présenté leurs propositions initiales pour faire avancer cet objectif et mettre fin au conflit interne dans le pays. Parmi celles-ci, ils ont souligné que la paix totale pour les FARC-EP (s’attribuant toujours le nom de l’ancienne guérilla ayant signé la paix en 2016) signifie l’élimination des causes profondes du conflit social et armé. 

Ils ont déterminé que la première étape en vue d’un second rapprochement devrait être la déclaration, le plus tôt possible, d’un cessez-le-feu bilatéral convenu par les parties, ajoutant que pour le dialogue débute toutes ses structures seraient consultées.

Enfin, ils ont souligné l’importance de la participation de tierces parties neutres comme garanties lors des dialogues.

Les parties ont convenu de signer un protocole confidentiel pour assurer une réunion des commandants de l’État-major central des FARC-EP.

«Nous estimons que, comme jamais auparavant, dans l’histoire de notre pays, les conditions sont réunies pour laisser derrière nous des décennies de violence fratricide», a conclu la déclaration signée par le haut commissaire Danilo Rueda et les membres de la guérilla : Calarcá Córdoba, Alonso 45, Ermes Tovar et Erika Castro. 

« Le dialogue commence », écrit le président Petro sur son profil Twitter, phrase qu’il a accompagnée de deux photos et qui témoignent de la rencontre des délégations pour faire avancer la politique de Paz Total, axe transversal à tous ses programmes de gouvernement pour obtenir le changement en Colombie.

peo/lam/otf

EN CONTINU
notes connexes