vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les attaques contre des écoles sont condamnées par les autorités haïtiennes

Port-au-Prince, 19 septembre (Prensa Latina) Le ministère haïtien de l’Éducation (Menfp) a condamné les attaques des établissements d’enseignement qui ont eu lieu pendant les journées de protestation contre la hausse des prix du carburant qui étaient censées recommencer ce lundi sur l’ensemble du pays.

Le portefeuille a rappelé que les écoles et les universités étaient des lieux d’apprentissage, de sécurité et de paix pour les enfants et les jeunes et a décrit comme inacceptables les actions qui mettent en danger les institutions éducatives.

« Profondément alarmé par l’augmentation des attaques perpétrées contre les écoles partout dans le pays, le MENFP tire la sonnette d’alarme pour la protection des écoles et des universités étant des biens publics ».

Le ministère a également déploré le pillage des entrepôts alimentaires destinés aux cantines scolaires en notant que cela lèserait la nutrition quotidienne de dizaines de milliers d’enfants dans les écoles publiques.

A cet égard, le MENFP et le Conseil d’administration du Bureau national de la solidarité éducative se sont mis d’accord sur la création d’un fonds de soutien aux écoles vandalisées pour renouveler les stocks de nourriture scolaire pillés.

La semaine dernière, la capitale et d’autres villes sont restées bloquées en signe de protestation contre la hausse des prix du carburant qui a doublé le coût de l’essence et augmenté le diesel de 89 %.

Les manifestations ont tourné à la violence moyennant l’attaque et le pillage de plusieurs institutions telles que les entrepôts des Nations unies, les organisations non gouvernementales et les entreprises publiques et privées. Les citoyens ont déclaré que cette augmentation rendrait les produits de première nécessité encore plus chers, à un moment où l’inflation a déjà dépassé les 30 %, le plus haut niveau depuis 2003, selon les experts.

De son côté, le Premier ministre Ariel Henry a déclaré dimanche que la hausse reste en place, a appelé les citoyens à rester calmes et les a encouragés à dégager les rues.

jcc/ssa/jf/ane

EN CONTINU
notes connexes