jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La proposition mexicaine pour la paix a été déposée au Conseil de sécurité de l’ONU

Nations Unies, 22 septembre (Prensa Latina) Les pays du MIKTA, c’est-à-dire, la Turquie, l’Indonésie, la Corée du Sud, l’Australie et le Mexique, ont salué jeudi la proposition de paix du président Lopez Obrador qui vient d’être déposée au Conseil de sécurité de l’ONU par la délégation mexicaine, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard.

À la sortie d’une réunion avec cette poignée de pays, au cours de laquelle le soi-disant plan de paix pour l’Ukraine et une trêve mondiale parallèle de cinq ans sans conflit a été partiellement énoncé, le chef de la diplomatie mexicaine a divulgué un communiqué de presse d’acceptation de l’initiative.

En essence, « l’allégation vise à renforcer à court terme la possibilité d’une médiation dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie.

« Les deux nations ont récemment mis en garde contre une escalade du conflit. Il est donc plus que jamais opportun d’insister et de renforcer l’appel de la communauté internationale en faveur d’une médiation et d’une limitation de cette guerre », a-t-il suggéré.

La question est « pourquoi le plan de paix est si important pour nous » ; « parce qu’il y a des considérations éthiques essentielles : des milliers de personnes souffrent, des milliers de vies ont été perdues, mais aussi parce que nous sommes touchés par l’inflation », a-t-il répondu.

« L’inflation que traverse le monde est étroitement liée à cette guerre. Et plus la guerre durera, plus il y aura une inflation considérable ». 

Il en va de même pour ce qui concerne la pénurie d’engrais : « Nous allons commencer à connaître des pénuries alimentaires dans diverses régions du monde, c’est pourquoi cette question se trouve àl’ordre du jour », a expliqué Ebrard.

« Nous venons de rentrer d’une réunion avec la Turquie, l’Indonésie, la Corée du Sud, l’Australie et le Mexique (MIKTA), où nous avons soulevé cette question et elle a été bien accueillie ».

La délégation mexicaine poursuivra les consultations nécessaires dans le seul but de pouvoir contribuer de bonne foi, en tant qu’acteur impartial, à susciter un large soutien aux efforts de médiation menés par le Secrétaire général, ainsi qu’au Comité pour le dialogue et la paix en Ukraine, dont « nous espérons que la formation se poursuivra avec le soutien des États membres de l’ONU qui le décideront ».

Ainsi, le Mexique a insisté sur la recherche d’une solution diplomatique et sur le traitement de la question humanitaire du conflit, libre de considérations politiques, dans le strict respect du droit humanitaire international.

À cette fin, la proposition vise à créer une commission dirigée par le secrétaire général des Nations unies, le président de l’Inde et le pape François afin de parvenir à un dialogue entre les parties et, parallèlement, à une trêve internationale sans conflit ni intervention pendant cinq ans.

jcc/mgt/lma
 
EN CONTINU
notes connexes