dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président colombien demande le pardon d’Haïti pour l’assassinat du chef d’Etat de ce pays

Bogota, 22 septembre (Prensa Latina) Le président Gustavo Petro a présenté ses excuses à Haïti pour l’assassinat de son chef d’État Jovenel Moïse par des mercenaires colombiens.

Le dirigeant, qui se trouve à New York dans le cadre de la 77ème session de l’Assemblée générale des Nations unies, a fait cette confession par le biais de son compte Twitter.

Jovenel Moïse a été assassiné aux premières heures du 7 juillet 2021 dans sa propre résidence lors d’une attaque armée perpétrée par un commando de 26 mercenaires colombiens, dont 18 sont en prison.

Le 9 juillet, l’ancien directeur de la police nationale colombienne, Jorge Luis Vargas, a déclaré que quatre entreprises colombiennes auraient recruté les présumés assassins, dont 13 sont des militaires à la retraite.

Aux États-Unis, au moins trois suspects ont été inculpés pour cet assassinat, dont l’ancien officier militaire colombien Marco Antonio Palacios et l’homme d’affaires Rodolphe Jaar, qui ont reconnu avoir participé au complot.

L’ancien sénateur John Joel Joseph, qui a été arrêté en Jamaïque et qui a demandé son extradition vers les États-Unis parce qu’il craignait pour sa vie, est également en détention.

Quatorze mois ont passé, l’enquête a déjà eu cinq juges d’instruction, mais les plus de 40 prisonniers liés à l’affaire n’ont pas été inculpés.

Par ailleurs, le Centre d’analyse et de recherche sur les droits de l’homme a demandé la création d’un tribunal ou d’une chambre spéciale, en collaboration avec les Nations unies, afin d’enquêter sur le meurtre en tant que crime transnational.

jcc/ssa/lam/otf

 
EN CONTINU
notes connexes