mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Manipulation de la situation à Cuba après l’ouragan

La Havane,  3 octobre (Prensa Latina) L’institution Casa de las Americas de Cuba a dénoncé lundi le fait que les ennemis de la Révolution veulent capitaliser sur le malaise logique des citoyens de l’île, qui ont été privés des services de base.

Dans une déclaration intitulée « Face à la Cuba virtuelle- la réalité cubaine « , l’entité souligne que ceux qui souhaitaient mettre un terme au processus socialiste sur l’île espèrent que la nature finira par accomplir ce que tant de tentatives désespérées de détruire la révolution n’ont pas réussi à faire.

« Désormais, ils sont en train de politiser les manifestations et les protestations spontanées, se servent du Net pour susciter des discours de haine hystériques et agressifs, incitent à la violence dans la rue, s’opposent au moindre assouplissement du blocus et suivent à la lettre le théâtre du coup d’État mou, avertit le document.

Dans quelques jours, cela fera 60 ans que la crise d’octobre aurait pu être le moment le plus dangereux pour le processus révolutionnaire.

Selon le texte, le destin offre aux Cubains une fois de plus l’alternative de se rendre à l’adversité et aux menaces ou de s’imposer à eux avec imagination et audace.

Aucun « État défaillant », comme souhaité par certains ennemis, ne pourrait rêver de la deuxième option ; aucun peuple digne de ce nom ne la soutiendrait, note la déclaration.

En plus, Cuba se remet de la dévastation provoquée par l’ouragan Ian ces derniers jours et qu’au lieu de la répression attribuée au « pays virtuel » fabriqué de toutes pièces, dans le « pays réel », les autorités visitent en permanence les zones touchées et parlent directement avec les citoyens.

Et comme dans toutes les situations difficiles, la solidarité, principe de base de la coexistence dans ce pays caribéen, passe au premier plan.

En réponse aux amis préoccupés par la situation de l’île des Caraïbes, le document indique que l’écrasante majorité de la population se voit représentée dans ses dirigeants et participe au redressement du pays.

En outre, le texte met l’accent sur le principe que cette majorité défend et qui figure au seuil de la nouvelle Constitution approuvée en avril 2019 :  » Cuba est un État socialiste de droit et de justice sociale, démocratique, indépendant et souverain « .

jcc/acl/mml

EN CONTINU
notes connexes