vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Mexique dénonce le scandale dérivant de l’accord Mexique-Russie

Mexico, 10 octobre (Prensa Latina) Le président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, a dénoncé lundi que l’on veuille présenter un accord spatial avec la Russie comme un nouvel agrément. L’information a été postée cependant  avant le conflit en Ukraine.

 Ils prétendent maintenant que « le Mexique est en train de devenir un satellite de la Russie, mais la vérité est que ce sont des accords universels, qu’ils sont souscrits avec tous les pays et qu’ils ne sont pas destinés à porter atteinte à la souveraineté d’une nation », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse matinale au Palais national.

Au moment de la signature il n’y avait pas de guerre et, maintenant qu’il y en a une, ils mélangent les choses en dépit d’être conscients de notre position contre ces hostilités, contre la souffrance, contre les pertes humaines, le déplacement des personnes, ce qui a d’ailleurs des répercussions colossales sur l’économie mondiale du fait de l’inflation.

« C’est pourquoi nous sommes pour le dialogue, bien qu’il y ait certains qui s’y opposent,  et cela dan le cadre d’une période électorale qui approche aux États-Unis », a-t-il dit.

C’est pourquoi, « j’ai appelé avant tout à l’ouverture du dialogue et à l’instauration de la paix, et je continuerai à proposer la création d’un groupe intermédiaire pour parler aux présidents de la Russie et de l’Ukraine et parvenir à un accord et qu’il soit dirigé par le premier ministre indien, le pape et le secrétaire général des Nations unies ».

Il s’est dit confiant que les choses s’amélioreront beaucoup une fois que les élections du 8 novembre aux États-Unis seront terminées, que le conflit ne continuera pas à s’aggraver, que la paix sera instaurée et que les pouvoirs et les intérêts hégémoniques des puissances ne continueront pas à s’imposer au-dessus de ceux des peuples d’Europe et du monde qui souffrent.

Il a exigé que « le Mexique ne soit pas impliqué dans leurs affaires, (car) nous avons une politique de neutralité ; ce que nous voulons, c’est une solution pacifique à cette controverse, comme prévu par la Constitution ».

Auparavant, le ministre des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, avait expliqué dans un tweet que l’accord entre l’Agence spatiale mexicaine (AEM) et la Corporation spatiale d’État russe Roscosmos avait été rendu public par le gouvernement fédéral le 28 septembre dernier. Il a déclaré que le document stipule :

« Dans le cadre de la visite de la délégation russe aux célébrations du 200e anniversaire de la consommation de l’indépendance du Mexique et en vertu de l’instruction du président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, un accord a été signé entre le gouvernement des États-Unis du Mexique et le gouvernement de la Fédération de Russie au sujet de la coopération dans l’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques. »

Il a noté que le communiqué, disponible sur le site de l’AEM, est daté du 28 septembre 2020 et indique que la coopération entre le Mexique et la Russie dans le cadre de l’exploration spéciale ne comprend que les questions de recherche astrophysique, de communications par satellite, de technologies et d’informations et services associés.

jcc/mgt/lma

 

EN CONTINU
notes connexes