mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Hongrie s’oppose aux nouvelles sanctions contre la Russie

Budapest, 12 octobre (Prensa Latina) La Hongrie s’oppose à de nouvelles sanctions énergétiques contre la Fédération de Russie, a déclaré aujourd’hui le ministre des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.

Les mesures malavisées de l’Union européenne (UE) ont provoqué une crise énergétique sur le continent ; malheureusement, non seulement les prix, mais aussi les propositions de la Commission européenne se sont révélés complètement déconnectés de la réalité, a-t-il déclaré.

Nous devons revenir au bon sens, sinon nous aurons de gros problèmes, a écrit le chef du ministère hongrois des affaires étrangères sur les médias sociaux.

Budapest a exprimé à plusieurs reprises la nécessité de modifier la politique de restrictions de l’UE à l’égard du géant eurasien, qui a provoqué une crise énergétique et alimenté l’inflation dans la région.

Plus tôt, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré que les restrictions énergétiques imposées par l’UE à la Russie devraient être levées avant la fin de l’année.

Au sujet du huitième train de sanctions de l’UE, la Hongrie a déclaré que l’introduction d’un plafond sur le prix du gaz russe ne s’appliquerait pas au carburant fourni par les gazoducs et que les restrictions n’affecteraient pas le secteur de l’énergie nucléaire.

M. Szijjarto a indiqué mardi dernier qu’il se rendrait à Moscou cette semaine, où il participerait à la semaine russe de l’énergie et rencontrerait des représentants des entreprises russes Gazprom et Rosatom.

Après le début de l’opération militaire spéciale menée par la Russie pour démilitariser et dénazifier l’Ukraine, plusieurs nations occidentales ont intensifié les sanctions à l’encontre de Moscou et gelé des centaines de milliards de dollars d’actifs de cette dernière.

À ce jour, l’UE a adopté huit trains de mesures restrictives à l’encontre de la Russie, qui ont principalement touché les pays européens eux-mêmes, confrontés à une inflation record et à une crise énergétique.

jcc/mem/amp

 
EN CONTINU
notes connexes