lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La position digne de Moscou a provoqué une agression antirusse

Moscou, 13 octobre (Prensa Latina) L’agression antirusse est due au fait que Moscou a refusé devenir une colonie de l’Occident, a déclaré jeudi le secrétaire du Conseil de sécurité Alexandre Venediktov.

Dans les années 1990, « nous étions convaincus que nous devions devenir un pays normal, laissant le sage Occident décider pour nous », a expliqué Venediktov dans une interview accordée à TASS jeudi.

Selon lui, le refus par la Russie de cette voie qui aurait inévitablement conduit à l’effondrement du pays, a provoqué une vague de russophobie sans précédent qui s’est transformée en agression dans les domaines politique, économique et culturel, mais aussi dans la sphère militaire.

La charge principale des dommages de la politique antirusse de l’Occident et du conflit en Ukraine incombe à l’Europe, le montant des dommages économiques va augmenter pendant de nombreux mois, a-t-il déclaré.

Selon Venediktov, l’Europe a vainement pensé qu’elle pourrait être le bénéficiaire des processus qui se déroulent en Ukraine, mais en fin de compte, le seul bénéficiaire a été les États-Unis, alors que les Européens eux-mêmes récoltent les fruits négatifs de leurs démarches irréfléchies.

Il a exhorté à ne pas oublier les tensions sociales et humanitaires dérivant des problèmes économiques du soi-disant vieux continent et désormais exacerbées par la politique de sanctions à courte vue.

La Russie est prête à normaliser ses relations avec les pays qui cessent de suivre la politique occidentale, « mais nous ne pouvons pas assurer qu’ils retrouveront leur position d’avant la crise, car les places sur le marché russe sont peut-être déjà occupées, a prévenu Venediktov.

Il a souligné que Moscou, « contrairement aux Etasuniens, ne divise pas les nations souveraines en variétés et catégories ».

« Pour la Russie, tout pays qui ne commet pas d’actions destructrices à notre encontre et qui est prêt à coopérer pour un bénéfice mutuel est ami par définition », a-t-il déclaré.

Il a dit que la Russie intensifiait sa coopération avec ces pays, par exemple pour l’approvisionnement en céréales, en énergie et en matières premières stratégiques, avec lesquelles le monde se trouve actuellement dans une situation tendue.

jcc/livp/jf/gfa

 

 

EN CONTINU
notes connexes