vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Demande d’actions contre les banques qui refusent des virements à Cuba en Belgique

Bruxelles, 20 octobre (Prensa Latina) La Coordination belge pour la fin du blocus contre Cuba a exhorté aujourd’hui le Gouvernement à agir face au refus de banques d’accepter des transferts vers l’île par crainte de sanctions des États-Unis. 

Dans un communiqué, la plate-forme a demandé aux citoyens et organisations en Belgique d’écrire au ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, pour répondre à ce qu’elle a qualifié d’infraction à la libre circulation des capitaux.

La campagne comprend un site Web où les parties prenantes peuvent fournir leurs données et le malaise face à la situation actuelle.

De nouveaux incidents prouvent que les banques ING et BNP-Paribas-Fortis continuent à refuser des transferts d’argent à Cuba, a-t-elle dénoncé.

À la fin de l’année dernière, la Coordination a protesté devant des succursales de ces institutions dans les villes de Gand et de Liège, où elle a également dénoncé le blocus économique, commercial et financier des États-Unis contre la nation antillaise et sa portée extraterritoriale.

Selon le mouvement de plus de 40 organisations, le ministre Van Peteghem ne fait pas assez pour mettre un terme à ce comportement et faire respecter les lois nationales et européennes.

À cet égard, elle a rappelé que l’Autorité bancaire européenne (ABE) avait conclu en janvier de cette année que certaines entités du secteur n’appliquaient pas correctement les directives générales visant à prévenir le blanchiment de capitaux et le soutien au terrorisme, en résultant un abus de la politique d' »atténuation des risques ».

C’est l’argument avancé pour refuser d’effectuer des transferts à destination de Cuba, a-t-elle averti.

Elle a également souligné que ce comportement dans l’application des lignes directrices a incité la Banque nationale belge à envoyer le 1er février 2022 une nouvelle circulaire sur l' »atténuation des risques ». 

La Coordination belge pour la fin du blocus contre Cuba a souligné qu’au début de ce mois, les parlementaires Vicky Reynaert et Marco Van Hees ont posé des questions au ministre des Finances, qui a répondu de manière évasive.

Van Hees lui a rappelé qu’une loi belge du 2 mai 2019 prévoit des amendes comprises entre 10 mil euros et 10 pour cent des opérations annuelles pour des établissements tels que les banques en cas de violation des normes en vigueur.

De même, il a donné à Van Peteghem un exemple concret de la fermeture d’un compte par la banque BNP-Paribas-Fortis à une organisation solidaire avec Cuba, a signalé la plateforme, demandant pourquoi le ministre ne sanctionne pas les banques qui enfreignent la loi.

Dans son communiqué, elle a en outre estimé que le titulaire des Finances « se cache derrière la Banque nationale belge, qui doit établir les infractions, mais ne s’attaque pas aux violations des banques».

peo/jcm/wmr

EN CONTINU
notes connexes